Réanimation

, Volume 20, Issue 4, pp 279–286

Déficit calorique du patient de réanimation : à traiter ou à contempler ?

  • S. Graf
  • N. Maisonneuve
  • Y. Fleury
  • C. P. Heidegger
Mise au Point / Update

DOI: 10.1007/s13546-011-0277-4

Cite this article as:
Graf, S., Maisonneuve, N., Fleury, Y. et al. Réanimation (2011) 20: 279. doi:10.1007/s13546-011-0277-4
  • 123 Views

Résumé

La prise en charge multidisciplinaire d’un patient hospitalisé en réanimation présente de multiples défis. Outre l’instabilité hémodynamique et respiratoire, l’équilibre métabolique est profondément altéré chez ces patients. Le catabolisme et un apport nutritionnel compromis simultané induisent un déficit protéinoénergétique aux conséquences négatives. La quantité de calories à administrer chez ces patients reste toutefois un sujet controversé. L’insuffisance aussi bien que l’excès d’apport calorique pouvant être délétères pour les patients, il est par conséquent primordial de déterminer précocement leurs besoins énergétiques. La calorimétrie indirecte (CI) est la méthode recommandée. En l’absence de celle-ci, des équations prédictives pondérées par des facteurs de correction sont utilisées, mais restent imprécises. En pratique, la Société européenne de nutrition (ESPEN) recommande des formules simplifiées, basées sur le poids corporel anamnestique. Une fois les besoins énergétiques déterminés, il faut choisir la voie d’administration appropriée. La nutrition entérale (NE) doit être le premier choix de soutien si le tube digestif est fonctionnel. Cependant, la voie entérale est souvent associée à un déficit d’apport calorique cumulé, qui aggrave l’état de dénutrition du patient en réanimation et augmente l’incidence des complications secondaires (mortalité, morbidité, durée de ventilation mécanique et du séjour hospitalier). L’ajout d’une nutrition parentérale (NP) en complément est une des alternatives proposées afin de pallier ce déficit calorique. La sensibilisation des équipes soignantes sur les conséquences potentiellement graves de la dénutrition et leur adhérence à des protocoles nutritionnels s’intègre dans un processus de qualité de soins.

Mots clés

Déficit énergétiqueDénutritionNutrition entéraleRéanimationSoins intensifs

The energy deficit of the critically ill patient: to treat or not to treat?

Abstract

The multidisciplinary care of a critically ill patient is a real challenge. In addition to the haemodynamic and respiratory instability, the metabolic balance is seriously altered in such a patient. The catabolism and a simultaneous compromised nutritional intake induce a proteino-energy deficit with negative consequences. The assessment of caloric needs for the critically ill patient is still a matter of debate. The lack of, as well as the excess, of energy supply is associated with a worse patient’s outcome, emphasizing the importance of determining the appropriate energy target as soon as possible. Indirect calorimetry is considered as the gold standard in clinical practice. The energy needs may be otherwise estimated by predictive equations, adjusted with corrective factors, but these are often inaccurate. Experts recommend simple formulae based on the patient’s actual body weight. Once the energy target is determined, the appropriate nutritional delivery route must be chosen. Enteral nutrition is considered to be the first choice in case of a functional digestive tract. However, the enteral route is often associated with a cumulative deficit of energy intake, which may worsen the malnutrition of the critically ill patient and increase the incidence of secondary complications (mortality, morbidity, duration of mechanical ventilation, and length of hospital stay). Supplemental parenteral nutrition is one of the alternatives proposed to prevent this energy deficit. Raising awareness of health care teams on the potentially serious consequences of malnutrition and their adherence to nutritional protocols is an integral part of the process of quality of care.

Keywords

Energy deficitMalnutritionNutritional supportCritical illnessIntensive care unit

Copyright information

© Société de réanimation de langue française (SRLF) and Springer-Verlag France 2011

Authors and Affiliations

  • S. Graf
    • 1
    • 2
  • N. Maisonneuve
    • 2
  • Y. Fleury
    • 1
  • C. P. Heidegger
    • 1
  1. 1.Département d’anesthésiologie, de pharmacologie et de soins intensifs, service des soins intensifsHôpitaux universitaires de GenèveGenève 14Suisse
  2. 2.Service de nutrition cliniqueHôpitaux universitaires de GenèveGenèveSuisse