Annales françaises de médecine d'urgence

, Volume 6, Issue 1, pp 22–30

Retour d’expérience des attentats du 13 novembre 2015. Rôle d’un hôpital disposant d’un centre de traumatologie

  • M. Borel
  • F. Le Saché
  • D. Pariente
  • S. Castro
  • M. Delay
  • A. Bouhaddou
  • N. Nion
  • P. Hausfater
  • M. Raux
Article Spécial / Special Article

DOI: 10.1007/s13341-016-0605-4

Cite this article as:
Borel, M., Le Saché, F., Pariente, D. et al. Ann. Fr. Med. Urgence (2016) 6: 22. doi:10.1007/s13341-016-0605-4

Résumé

L’accueil en centre de traumatologie d’un grand nombre de victimes de traumatismes pénétrants impose l’existence préalable d’un plan définissant les axes de la prise en charge, les acteurs de celle-ci et la collaboration entre ces derniers. Le délai entre l’alerte et l’arrivée des premiers patients est mis à profit pour recruter du personnel sur site afin de préparer l’accueil et le matériel nécessaire, et rappeler les personnels. L’organisation d’un flux unidirectionnel de patients (« marche en avant ») combiné à la disponibilité en grand nombre de soignants sous la direction d’un directeur médical sont les éléments permettant de limiter le risque de saturation du dispositif hospitalier. Le présent retour d’expérience livre les grandes lignes de l’organisation d’un centre de traumatologie labellisé par l’Agence Régionale de Santé Île de France ayant accueilli 53 victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, dont 28 urgences absolues. Il présente les facteurs clefs de réussite, les points d’achoppement ainsi que ceux qui auraient pu poser problème.

Mots clés

Afflux de victimes Traumatisme pénétrant Plan blanc 

Feedback on terrorist attacks on November 13, 2015. Mass casualty management in trauma center

Abstract

Receiving a great number of firearms casualties in a trauma center requires a preexisting plan. This plan must define the different steps, starting from patients’ arrival preparation to operating room occupation. It must also define how the involved physicians and nurses interact with each other. The delay between the alert and the first patients’ arrival is dedicated to staff recruitment among those who are on duty, and staff recall of those who are at home or on call. The two main pieces of the puzzle that can prevent trauma center saturation are a one-way patient influx and a sufficient amount of staff physicians and nurses leaded by a medical director. We present the organization of a level-1 trauma center that received 53 casualties from the Paris attacks on November the 13th 2015, including 28 absolute emergencies. We subsequently provide feedback including the keys of success and stumbling blocks.

Keywords

Mass casualties Penetrating trauma Code 
Download to read the full article text

Copyright information

© Société française de médecine d'urgence and Springer-Verlag France 2016

Authors and Affiliations

  • M. Borel
    • 1
  • F. Le Saché
    • 1
  • D. Pariente
    • 2
  • S. Castro
    • 2
  • M. Delay
    • 2
  • A. Bouhaddou
    • 2
  • N. Nion
    • 1
    • 2
  • P. Hausfater
    • 2
    • 3
  • M. Raux
    • 1
    • 3
  1. 1.département d’anesthésie-réanimationAssistance Publique-Hôpitaux de Paris, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Charles FoixParis cedex 13France
  2. 2.Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Charles Foix, service des urgencesParisFrance
  3. 3.Sorbonne universités, UPMC Univ Paris 06ParisFrance

Personalised recommendations