, Volume 2, Issue 6, pp 384-392

La simulation : du Task-Trainer au Crisis Resource Management, un défi pédagogique pour la médecine d’urgence

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

La pratique médicale inclut un savoir théorique, un savoir-faire et un savoir-être. La simulation a un bénéfice dans ces trois domaines et représente un outil pédagogique considérable pour la médecine d’urgence. Les médecins anesthésistes ont été les pionniers de la simulation médicale. La simulation est une technique pédagogique, pas une technologie. Elle permet l’acquisition d’une compétence individuelle par l’utilisation de task-trainers jusqu’à développer une performance d’équipe. Elle concerne aussi bien la formation initiale que continue et vise à comprendre et à éviter les erreurs humaines, source de manque de performance. Le domaine de l’urgence offre de nombreuses possibilités d’utilisation des task-trainers pour s’entraîner aux gestes pratiques, notamment quand ils sont rares, avec un bénéfice de la simulation par rapport à l’enseignement uniquement théorique. L’utilisation de scénarios complexes avec des mannequins haute-fidélité améliore les compétences, le comportement et les interactions interindividuelles. La communication et le travail d’équipe sont les éléments essentiels de la performance d’une gestion de situation de crise (Crisis Resource Management). L’apprentissage par simulation doit être évalué selon un processus codifié jusqu’à atteindre l’évaluation de l’impact clinique. L’extension de la simulation est liée au développement d’une recherche mesurant son impact clinique, c’està-dire le passage du modèle de simulation au patient. L’essor de la simulation passe par la création de centres de simulation ainsi que la valorisation de la formation en équipe pluridisciplinaire. Les services d’urgence devraient être dans les premiers à bénéficier de cette nouvelle pédagogie. L’éthique, la technique et l’économie y seront gagnants.

Abstract

Medical practice includes theoretical knowledge, the know-how, and the “savoir-être”. Simulation can be beneficial in these three domains and represents a fantastic teaching tool for emergency medicine. Anesthetists were the pioneers in medical simulation. Simulation is a teaching technique, not a technology. It allows gain in individual competency by the use of task-trainers, up to the development of a team performance. It can be used either in initial or CME, and aims the understanding and the avoidance of human errors, which are responsible for the lack of performance. Emergency medicine offers a lot of possibilities for the use of task-trainers to train oneself to procedures, especially when they are rare ones, with a benefit of simulation over didactic teaching alone. The use of complex scenarios with high-fidelity mannequins can improve competencies, behaviors and individual interactions. Communication and teamwork are essential issues of the performance and crisis resource management. Simulation-based training should be assessed according to a approved process aiming to reach the measurement of clinical impact. The spreading of simulation is linked to the development of research measuring its clinical impact and multidisciplinary team training as well. Emergency departments should be among the first to benefit of this new teaching method. Ethics, technology and economy would be the winners.