Épidémiologie de la maladie dégénérative vertébrale dans des séries ostéologiques documentées. Proposition d’une nouvelle méthode de cotation et première application aux articulations interapophysaires lombaires

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

Si l’arthrose rachidienne observée sur des restes squelettiques humains a fait l’objet de nombreux travaux en paléopathologie et en anthropologie médicolégale, l’exploitation de l’ensemble des articulations vertébrales par une méthodologie uniformisée, permettant d’approcher le comportement épidémiologique des différentes articulations vertébrales par rapport à la dégénérescence articulaire, est quasi inexistante. Afin de mieux définir les aspects paléoépidémiologiques de la maladie articulaire dégénérative vertébrale dans les séries ostéoarchéologiques, nous avons développé un programme de recherche portant sur l’enregistrement des manifestations dégénératives de l’ensemble des articulations vertébrales à partir de référentiels ostéologiques d’âge et de sexe connus, par une nouvelle méthodologie quantitative basée sur un découpage topographique. Les 250 rachis étudiés proviennent des collections documentées de Schoten (Belgique), de Bologne (Italie) et de Sassari (Sardaigne). L’ensemble des sites articulaires vertébraux a été analysé, nous présentons dans cet article les premiers résultats obtenus à partir de l’étude de l’articulation interapophysaire postérieure du segment lombaire. Nous avons constaté qu’il n’existait aucune différence de sévérité en fonction du sexe ou de la latéralité. De plus, au-delà de 50 ans tous les sujets possèdent au moins une surface articulaire lésée. Ainsi, plus que la sévérité, c’est le degré d’extension des lésions qui doit être relié à l’âge.

Abstract

In paleopathology and forensic anthropology, contrary to vertebral degenerative disease (VDD) that has been extensively studied, the whole vertebral joints have been almost never investigated by standardizing methodology that allows approximating the epidemiological performance of various vertebral joints in relation to articular degeneration. In order to better define the paleoepidemiological aspects of VDD in osteological series, we have developed a research program based on the recording of degenerative lesions in the whole vertebral joints; this approach uses known age and sex, and involves a new quantitative methodology based on a topographic division. The 250 studied spines are from documented osteological collections of Schoten (Belgium), Bologna (Italy) and Sassari (Sardinia). We present here the first results relating to the lumbar apophyseal joints. No severity differences can be demonstrated according to sex or spine side. We have observed that subjects over 50 years old showed at least one articular surface with degenerative lesion. Thus, it is the extension stage of lesions more than their severity that should be linked with age.