Date: 20 Dec 2012

Review article: Practical current issues in perioperative patient safety

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Abstract

Purpose

This brief review provides an overview and, importantly, a context perspective of relevant current practical issues in perioperative patient safety.

Principal findings

The dramatic improvement in anesthesia patient safety over the last 30 years was not initiated by electronic monitors but, rather, largely by a set of behaviours known as “safety monitoring” that were then made decidedly more effective by extending the human senses through electronic monitoring, for example, capnography and pulse oximetry. In the highly developed world, this current success is threatened by complacency and production pressure. In some areas of the developing/underdeveloped world, the challenge is implementing the components of anesthesia practice that will bring safety improvements to parallel the overall current success, for instance, applying the World Federation of Societies of Anaesthesiologists (WFSA) “International Standards for A Safe Practice of Anaesthesia”. Generally, expanding the current success in safety involves many practical issues. System issues involve research, effective reporting mechanisms and analysis/broadcasting of results, perioperative communication (including “speaking up to power”), and checklists. Monitoring issues involve enforcing existing published monitoring standards and also recognizing the risk of danger to the patient from hypoventilation during procedural sedation and from postoperative intravenous pain medications. Issues of clinical care include medication errors in the operating room, cerebral hypoperfusion (especially in the head-up position), dangers of airway management, postoperative residual weakness from muscle relaxants, operating room fires, and risks specific in obstetric anesthesia.

Conclusions

Recognition of the issues outlined here and empowerment of all anesthesia professionals, from the most senior professors and administrators to the newest practitioners, should help maintain, solidify, and expand the improvements in anesthesia and perioperative patient safety.

Résumé

Objectif

Cet article de synthèse court fournit une vue d’ensemble et surtout, une mise en contexte des problèmes pratiques actuels pertinents ayant trait à la sécurité périopératoire des patients.

Constatations principales

L’impressionnante amélioration de la sécurité de l’anesthésie au cours des 30 dernières années n’a pas été déclenchée par les moniteurs électroniques, mais plutôt dans une large proportion, par un ensemble de comportements regroupés sous le terme « monitorage de la sécurité »; ceux-ci ont été rendus nettement plus efficaces en élargissant la capacité sensorielle des humains grâce au monitorage électronique; la capnographie et l’oxymétrie de pouls en sont des exemples. Dans les pays hautement développés, ce succès actuel est menacé par un excès de confiance et la pression de la productivité. Dans quelques régions du monde en développement, le défi consiste à mettre en œuvre les éléments d’une pratique de l’anesthésie qui apporteront des améliorations en termes de sécurité pour parvenir au même niveau que dans le reste du monde en appliquant, par exemple, les « Normes internationales pour une pratique sécuritaire de l’anesthésie » de la Fédération internationale des sociétés d’anesthésiologistes, la WFSA (World Federation of Societies of Anaesthesiologists). D’une manière générale, l’extension du succès actuel en matière de sécurité implique de nombreux problèmes pratiques. Les difficultés liées au système impliquent de la recherche, des mécanismes efficaces de signalement des problèmes et une analyse/diffusion des résultats, une communication périopératoire (y compris un « dialogue avec les autorités » et des listes de contrôle. La question du monitorage implique l’application stricte des normes de monitorage existantes et publiées, ainsi que l’identification du risque de danger pour le patient lié à une hypoventilation au cours d’une sédation pour une intervention et aux médicaments antalgiques intraveineux administrés en postopératoire. Les problèmes liés aux soins médicaux incluent les erreurs de médicaments en salle d’opération, l’hypoperfusion cérébrale (en particulier quand le patient est dans une position avec la tête élevée), les dangers de la prise en charge des voies aériennes, la faiblesse musculaire résiduelle provoquée par les curares, les incendies en salle d’opération et les risques spécifiques à l’anesthésie obstétricale.

Conclusions

L’identification des problèmes soulignés ici et le renforcement de l’autonomie de tous les professionnels de l’anesthésie, des professeurs et administrateurs les plus chevronnés jusqu’aux praticiens débutants, doivent aider à maintenir, renforcer et étendre les progrès de la sécurité des patients sous anesthésie et en période périopératoire.