Reports of Original Investigations

Canadian Journal of Anesthesia/Journal canadien d'anesthésie

, Volume 58, Issue 12, pp 1083-1089

Effects of sitting up for five minutes versus immediately lying down after spinal anesthesia for Cesarean delivery on fluid and ephedrine requirement; a randomized trial

  • Essam E. Abd El-HakeemAffiliated withDepartment of Anesthesia & Critical Care, Faculty of Medicine, King Abdulaziz University
  • , Abdullah M. KakiAffiliated withDepartment of Anesthesia & Critical Care, Faculty of Medicine, King Abdulaziz University
  • , Adnan A. AlmazrooaAffiliated withDepartment of Anesthesia & Critical Care, Faculty of Medicine, King Abdulaziz University
  • , Nisma M. Al-MansouriAffiliated withDepartment of Obstetrics & Gynecology, Faculty of Medicine, King Abdulaziz University
  • , Jamal A. AlhashemiAffiliated withDepartment of Anesthesia & Critical Care, Faculty of Medicine, King Abdulaziz University Email author 

Abstract

Background

Patient position after spinal anesthesia has had variable effects on blood pressure and ephedrine requirements. The aim of this study was to determine the effects that sitting the patient up for five minutes after spinal anesthesia would have on intraoperative fluid and ephedrine requirements.

Methods

The study included 120 women at term gestation who were scheduled for Cesarean delivery under spinal anesthesia. After anesthetic administration, the women were randomized either to sit up for five minutes then lie down (Group S) or to lie down immediately (Group L) to a tilted supine position. A blinded observer recorded sensory block level, systolic blood pressure, heart rate, ephedrine and fluid requirements, adverse events, and time to motor recovery (modified Bromage score of 2).

Results

Group S had a lower intraoperative sensory block height than Group L [T4 (1) vs T2 (1), respectively; P < 0.001]; Group S also required less ephedrine (8% vs 47%, respectively; P < 0.001), received less fluid [709 (59) mL vs 789 (90) mL, respectively; P < 0.001], and experienced less nausea and vomiting (5% vs 22%, respectively; P = 0.014) and shortness of breath (3% vs 28%, respectively; P < 0.001) intraoperatively. In Group S, the odds of requiring ephedrine were 0.09 compared with 0.89 in Group L (odds ratio 0.10). There were no differences in systolic blood pressure (P = 0.127) or heart rate (P = 0.831) over time between groups. Time to a modified Bromage score of 2 was longer in Group S than in Group L [101 (15) min vs 88 (14) min, respectively; P < 0.001].

Conclusions

Sitting the patient up for five minutes rather than laying the patient down immediately after spinal anesthesia for Cesarean delivery decreased intraoperative sensory block height, ephedrine and fluid requirements, and intraoperative nausea, vomiting, and shortness of breath without affecting systolic blood pressure or the success of the anesthetic. However, the method resulted in delayed postoperative motor recovery.

Les effets sur les besoins liquidiens et d’éphédrine du maintien de la position assise pendant cinq minutes par rapport au décubitus immédiat après une rachianesthésie pour un accouchement par césarienne: une étude randomisée contrôlée

Résumé

Contexte

Il a été démontré que la position du patient à la suite d’une rachianesthésie a des effets variables sur la tension artérielle et les besoins en éphédrine. L’objectif de cette étude était de déterminer les effets du maintien de la position assise pendant cinq minutes après une rachianesthésie sur les besoins peropératoires en liquides et en éphédrine.

Méthode

L’étude a porté sur 120 femmes dont la grossesse était à terme et chez lesquelles un accouchement par césarienne sous rachianesthésie était prévu. Après l’administration de l’anesthésie, les femmes ont été randomisées à s’asseoir pendant cinq minutes puis à se coucher (groupe S), ou à se coucher immédiatement (groupe L) dans une position dorsale inclinée. Un observateur en aveugle a enregistré le niveau du bloc sensitif, la tension artérielle systolique, la fréquence cardiaque, les besoins en éphédrine et en liquides, les complications et le temps nécessaire au retour des fonctions motrices (2 au score de Bromage modifié).

Résultats

Le groupe S a manifesté une hauteur du bloc sensitif plus basse en période peropératoire que le groupe L [T4 (1) vs T2 (1), respectivement; P < 0,001]; le groupe S a également eu besoin de moins d’éphédrine (8 % vs 47 %, respectivement; P < 0,001), a reçu moins de liquides [709 (59) mL vs 789 (90) mL, respectivement; P < 0,001], et ressenti moins de nausées et vomissements (5 % vs 22 %, respectivement; P = 0,014) et de difficulté à respirer (3 % vs 28 %, respectivement; P < 0,001) pendant l’opération. Dans le groupe S, la probabilité d’avoir besoin d’éphédrine était de 0,09 par rapport à 0,89 dans le groupe L (rapport de cotes 0,10). Aucune différence n’a été observée au niveau de la tension artérielle systolique (P = 0,127) ou de la fréquence cardiaque (P = 0,831) au fil du temps entre les groupes. Le délai jusqu’à atteindre un score de Bromage modifié de 2 était plus long dans le groupe S que dans le groupe L [101 (15) min vs 88 (14) min, respectivement; P < 0,001].

Conclusion

Le maintien de la position assise pendant cinq minutes plutôt que de coucher la patiente immédiatement après une rachianesthésie pour un accouchement par césarienne a réduit la hauteur peropératoire du bloc sensitif, les besoins en éphédrine et en liquides, ainsi que les nausées et vomissements et la difficulté à respirer peropératoires sans affecter la tension artérielle systolique ou la réussite de l’anesthésie. Toutefois, cette méthode a entraîné un délai dans la récupération motrice postopératoire.