Date: 20 May 2011

Validation of the DeLiT Trial intravenous insulin infusion algorithm for intraoperative glucose control in noncardiac surgery: a randomized controlled trial

Abstract

Purpose

A safe and effective insulin infusion algorithm that achieves rigorous intraoperative glycemic control in noncardiac surgery has yet to be formally characterized and evaluated. We therefore report the validation of the DeLit Trial insulin infusion algorithm.

Methods

Patients scheduled for major noncardiac surgery were randomized to a target intraoperative blood glucose concentration of 4.4-6.1 mmoL·L−1 (80-110 mg·dL−1) intensive group or 10-11.1 mmoL·L−1 (180-200 mg·dL−1) conventional group. Glucose was managed with a dynamic intravenous insulin infusion algorithm. We compared the randomized groups on glucose time-weighted average (TWA), proportion of time spent within target, number of severe (< 2.2 mmoL·L−1 or < 40 mg·dL−1) or moderate (< 2.8 mmoL·L−1or < 50 mg·dL−1) hypoglycemic episodes, and within-patient variability in glucose concentrations expressed as standard deviation from the patient mean.

Results

One hundred eighty-seven patients were assigned to intensive glucose control, and 177 patients were assigned to conventional glucose control. Median (lower quartile value [Q1], upper quartile value [Q3]) of intraoperative TWA for the intensive vs conventional groups was 6 [5.6, 6.7] mmoL·L−1 vs 7.7 [6.9, 9.2] mmoL·L−1, respectively; P < 0.001. The intensive group spent 49% (29, 71) of the time within target, substantially more time than the conventional group spent either within the intensive target or within its own target (both P < 0.001). The intensive group had slightly lower within-patient glucose variability than the conventional group (0.9 [0.7, 1.3] mmoL·L−1 vs 1.3 [0.8, 1.8] mmoL·L−1, respectively; P < 0.001). Three patients had moderate hypoglycemia (intensive group), but none experienced severe episodes.

Conclusion

Tight intraoperative glucose control in noncardiac surgery can be maintained successfully without serious hypoglycemic episodes. (ClinicalTrials.gov number, NCT00433251).

Résumé

Objectif

Nous ne disposons pas encore d’un algorithme de perfusion d’insuline formellement caractérisé et évalué, qui soit à la fois sécuritaire et efficace, et qui permette de maintenir un contrôle glycémique peropératoire rigoureux en chirurgie non cardiaque. C’est pourquoi nous rapportons la validation de notre algorithme de perfusion de l’insuline.

Méthode

Des patients devant subir une chirurgie non cardiaque majeure ont été randomisés à une concentration glycémique peropératoire cible de 4,4-6,1 mmoL·L−1 (80-110 mg·dL−1) dans le groupe intensif ou à une concentration de 10-11,1 mmoL·L−1 (180-200 mg·dL−1) dans le groupe conventionnel. La glycémie a été contrôlée à l’aide d’un algorithme dynamique de perfusion intraveineuse d’insuline. Nous avons comparé les groupes randomisés en matière de moyenne pondérée dans le temps, de la proportion de temps passé à la concentration cible, du nombre d’épisodes d’hypoglycémie grave (< 2,2 mmoL·L−1 ou < 40 mg·dL−1) ou modérée (< 2,8 mmoL·L−1 ou < 50 mg·dL−1), ainsi que de la variabilité chez un même patient des concentrations glycémiques, exprimée en tant qu’écart type de la moyenne du patient.

Résultats

Cent quatre-vingt-sept patients ont été attribués au groupe contrôle glycémique intensif, et 177 au groupe contrôle glycémique conventionnel. La médiane (valeur du quartile inférieur [Q1], valeur du quartile supérieur [Q3]) de la moyenne pondérée dans le temps pour les groupes intensif vs conventionnel était de 6 (5,6, 6,7) mmoL·L−1 vs 7,7 (6,9, 9,2), respectivement; P < 0,001. Le groupe intensif a passé 49 % (29, 71) du temps dans la zone cible, soit considérablement plus de temps que le groupe conventionnel n’a passé dans la zone cible intensive ou dans sa propre zone cible (tous deux P < 0,001). Le groupe intensif a présenté une variabilité chez un même patient légèrement plus basse que le groupe conventionnel (0,9 [0,7, 1,3] mmoL·L−1 vs 1,3 [0,8, 1,8] mmoL·L−1, respectivement; P < 0,001). Trois patients ont présenté une hypoglycémie modérée (groupe intensif), mais aucun patient n’a manifesté d’épisode grave.

Conclusion

Un contrôle glycémique peropératoire rigoureux peut être maintenu en chirurgie non cardiaque sans épisode hypoglycémique grave. (Numéro de ClinicalTrials.gov, NCT00433251).

Preliminary results were presented at the Annual Meeting of the American Society of Anesthesiologists, October 2008.