Date: 05 Apr 2011

Brief review: Supplementing oxygen through an airway exchange catheter: efficacy, complications, and recommendations

Abstract

Purpose

An airway exchange catheter (AEC) may be employed as a conduit for endotracheal tube placement and for oxygen insufflation or jet ventilation via its lumen. The recent barotrauma-related death of a young healthy patient receiving oxygen insufflated through an AEC prompted the Chief Coroner of Ontario to seek guidelines regarding their use. A literature search was undertaken using a number of search strategies to investigate both the efficacy and complications associated with supplying oxygen through an AEC.

Principal findings

No studies were found comparing either oxygen insufflation or jet-ventilation through an AEC to any standard forms of oxygen therapy. The only case series found using AEC jet ventilation reported that 11% of patients sustained pulmonary barotrauma. Thirteen case reports documented jet ventilation as being associated with pneumothorax, pneumomediastinum, pneumoperitoneum, cardiovascular collapse, and death. In three case series (totalling 76 adults and 20 children) using only oxygen insufflation, no complications were reported.

Conclusions

Jet ventilation through an AEC may be associated with a significant risk of barotrauma. Oxygen insufflation appears to be associated with a lower risk, but it is not risk-free. The authors caution against the use of an AEC to administer oxygen failing the proven benefit of its use over the use of standard oxygen therapies. Should a patient decompensate with an AEC in situ, tracheal re-intubation is the key management strategy. Supplemental oxygen can be provided using standard techniques prior to tracheal intubation or between attempts. Under emergency circumstances, oxygen insufflation or manual ventilation through an AEC may be considered provided vigilance for barotrauma is maintained and re-intubation is not delayed.

Résumé

Objectif

Un échangeur de sonde (AEC) peut être utilisé comme conduit pour positionner une sonde endotrachéale ou pour insuffler de l’oxygène ou de la ventilation en jet par sa lumière. La mort récente, liée à un barotraumatisme, d’un jeune patient en bonne santé recevant de l’oxygène insufflé via un échangeur de sonde a incité le coroner en chef de l’Ontario à demander l’élaboration de directives concernant son utilisation. Une recherche de la littérature a été entreprise à l’aide de plusieurs stratégies de recherche afin d’évaluer l’efficacité et les complications associées à la fourniture d’oxygène via un échangeur de sonde.

Constatations principales

Aucune étude comparant l'insufflation d'oxygène ou la ventilation en jet via un échangeur de sonde à toute méthode standard d'administration d'oxygène n'a été trouvée. L'unique série de cas portant sur l'utilisation d'un échangeur de sonde pour la ventilation en jet a rapporté un barotraumatisme pulmonaire chez 11% des patients. Treize présentations de cas ont décrit la ventilation en jet comme étant associée à des cas de pneumothorax, de pneumomédiastin, de pneumopéritoine, de défaillance cardiovasculaire et de décès. Dans trois séries de cas (pour un total de 76 adultes et 20 enfants) n’ayant recours qu’à une insufflation d’oxygène, aucune complication n’a été rapportée.

Conclusion

L’utilisation d’un échangeur de sonde pour la ventilation en jet pourrait être associée à un risque considérable de barotraumatisme. L’insufflation d’oxygène semble être associée à un risque plus faible, mais elle n’est pas sans risque. Les auteurs émettent une mise en garde concernant les échangeurs de sonde pour administrer de l’oxygène étant donné l’absence de bienfait avéré par rapport aux autres méthodes standard d’administration de l’oxygène. En cas de décompensation d’un patient avec un échangeur de sonde en place, la réintubation trachéale constitue la principale stratégie de prise en charge. L’oxygène supplémentaire peut être administré à l’aide de techniques standard avant l’intubation trachéale ou entre les tentatives. Dans des situations d’urgence, l’insufflation d’oxygène ou la ventilation manuelle via un échangeur de sonde peut être envisagée si l’on reste vigilant pour prévenir tout barotraumatisme et que la réintubation n’est pas retardée.