Date: 22 Jan 2011

Perioperative glucose control: living in uncertain times—Continuing Professional Development

Abstract

Purpose

Hyperglycemia occurs frequently in surgical patients. The objective of this Continuing Professional Development (CPD) module is to review glucose physiology and pathophysiology and provide an update on the practical management of perioperative glucose based on recently published randomized controlled trials (RCTs).

Principal findings

In the mid 2000s, several professional medical organizations recommended the implementation of strict glucose control (glucose concentrations 4.4 to 6.1 mmol·L−1). However, the publication of new randomized controlled trials has dampened the initial enthusiasm. While the optimal glucose target range remains a matter of debate, hyperglycemia has been associated with increased morbidity and mortality in a variety of clinical settings. However, strict glucose control is associated with a sixfold increase in episodes of severe hypoglycemia (glucose levels < 2.2 mmol·L−1), which has also been linked with increased mortality. For critically ill patients, the American Diabetes Association and the American Association of Clinical Endocrinologists recommend aiming for a blood glucose level from 7.8 to 10.0 mmol·L−1. While no specific target range can be recommended as yet during major surgery, glucose levels should be kept < 10.0 mmol·L−1. In critically ill patients, glucose measured from capillary blood may give a falsely elevated value, so arterial blood sampling is preferred when measuring glucose. Frequent arterial blood glucose determination using an arterial blood gas analyzer or an International Organization for Standardization (ISO) 15197-compliant glucometer is crucial to avoid and detect deleterious hypoglycemic episodes.

Conclusions

Although there is agreement that both hyperglycemia and hypoglycemia are deleterious, there is no consensus on the target glucose values to enhance clinical outcomes.

Résumé

Objectif

L’hyperglycémie est fréquente chez les patients chirurgicaux. L’objectif de ce module de Développement professionnel continu (DPC) est de passer en revue la physiologie et la physiopathologie de la glycémie et de présenter une mise à jour concernant la prise en charge concrète de la glycémie en périopératoire en se fondant sur les études randomisées contrôlées (ERC) récemment publiées.

Constatations principales

Au milieu des années 2000, plusieurs organisations médicales professionnelles ont recommandé la mise en œuvre d’un contrôle strict de la glycémie (concentrations de 4,4 à 6,1 mmol·L−1). La publication de nouvelles études randomisées contrôlées a toutefois atténué l’enthousiasme initial. Alors que la fourchette cible optimale pour la glycémie est toujours matière à débat, l’hyperglycémie a été associée à une morbidité et une mortalité accrues dans différents contextes cliniques. Toutefois, un contrôle strict de la glycémie est associé à une multiplication par six des épisodes d’hypoglycémie grave (niveaux de glucose < 2,2 mmol·L−1), laquelle est également liée à une augmentation de la mortalité. Chez les patients gravement malades, l’American Diabetes Association et l’American Association of Clinical Endocrinologists recommandent de viser un taux de glycémie situé entre 7,8 et 10,0 mmol·L−1. Bien qu’aucune fourchette cible spécifique ne puisse pour le moment être recommandée en cas de chirurgie majeure, la glycémie devrait être maintenue < 10,0 mmol·L−1. Chez les patients gravement malades, la glycémie mesurée dans la sang capillaire pourrait donner des valeurs faussement élevées, c’est pourquoi il est préférable d’utiliser du sang artériel pour cette mesure. La détermination fréquente de la glycémie dans le sang artériel à l’aide d’un analyseur de gaz sanguin artériel ou d’un glucomètre conforme à la norme ISO 15197 est essentielle afin de prévenir et de détecter les épisodes d’hypoglycémie délétères.

Conclusion

Bien qu’on s’accorde à dire que l’hyperglycémie et l’hypoglycémie sont toutes deux délétères, il n’existe aucun consensus quant aux valeurs cibles de glycémie pour améliorer les devenirs cliniques.