Date: 21 Dec 2010

Multimodal analgesic approach incorporating paravertebral blocks for open radical retropubic prostatectomy: a randomized double-blind placebo-controlled study

Abstract

Introduction

Perioperative pain management influences both the quality as well as the speed of recovery following surgery.

Methods

This was a randomized double-blind placebo-controlled study designed to assess the effectiveness of a multimodal analgesic approach (MMA) vs patient-controlled analgesia (PCA) alone in patients undergoing open prostatectomy. Prior to surgery, paravertebral blocks (PVBs) were performed with either 0.5% ropivacaine in the MMA group or saline in the PCA group. Patients in the MMA group also received celecoxib (400 mg po prior to surgery and 200 mg po bid for seven days following surgery) and ketamine 10 mg iv. Following surgery, every patient had free access to morphine PCA. A pain numerical rating scale (NRS) at 24 hr was chosen as the primary endpoint. Secondary endpoints included morphine consumption at 24 hr and SF-36 (36-Item Short-Form Health Survey) scores from two weeks to 24 weeks following surgery.

Results

The primary endpoint, average pain NRS at 24 hr, was 2.6 in the MMA group compared with 3.9 in the PCA group (difference = −1.6, 95% confidence interval [CI]: −2.3 to −0.4; P = 0.01). The average morphine consumption at 24 hr was 4.8 mg in the MMA group compared with 10.5 mg in the PCA group (difference = −5.7, 95% CI: −13.0 to 0.5; P = 0.01). Higher SF-36 scores at two, four, eight, and 12 weeks were observed in the MMA group compared with the PCA group, but no statistically significant (P < 0.05) between-group difference was found after Bonferroni correction of comparisons conducted repeatedly over time. Postoperative adverse effects included low episodes of postoperative nausea and vomiting, bladder spasms, constipation, and pruritus.

Conclusion

This study demonstrates that PVBs combined with celecoxib and ketamine provide better immediate postoperative pain control and facilitate earlier functional recovery in patients undergoing an open radical prostatectomy when compared with PCA alone.

Résumé

Introduction

La prise en charge de la douleur périopératoire influence la qualité aussi bien que la rapidité de rétablissement après une chirurgie.

Méthode

Nous avons réalisé une étude randomisée contrôlée par placebo à double insu afin d’évaluer l’efficacité d’une approche analgésique multimodale (AMM) par rapport à une analgésie contrôlée par le patient (ACP) seule chez des patients devant subir une prostatectomie ouverte. Avant la chirurgie, des blocs paravertébraux (BPV) ont été réalisés à l’aide de 0,5% ropivacaïne dans le groupe AMM ou d’un sérum physiologique dans le groupe ACP. Les patients du groupe AMM ont également reçu du célécoxib (400 mg po avant la chirurgie et 200 mg po bid pendant 7 jours après la chirurgie) et de la kétamine 10 mg iv. Après la chirurgie, une ACP de morphine était à disposition de chaque patient. Le critère d’évaluation principal retenu était une échelle d’évaluation numérique (ÉÉN) à 24 h. Les critères secondaires étaient la consommation de morphine à 24 h et les scores au questionnaire SF-36 (36-Item Short-Form Health Survey – bref questionnaire de santé en 36 éléments) administré entre deux et 24 semaines après la chirurgie.

Résultats

Le critère d’évaluation principal, soit la douleur moyenne sur une ÉÉN à 24 h, était de 2,6 dans le groupe AMM par rapport à 3,9 dans le groupe ACP (différence = −1,6, intervalle de confiance [IC] 95%: −2,3 à −0,4; P = 0,01). La consommation moyenne de morphine à 24 h était de 4,8 mg dans le groupe AMM comparativement à 10,5 mg dans le groupe ACP (différence = −5,7, IC 95%: −13,0 à 0,5; P = 0,01). Des scores plus élevés au SF-36 à deux, quatre, huit et 12 semaines ont pu être observés dans le groupe AMM par rapport au groupe ACP, mais aucune différence intergroupe significative d’un point de vue statistique (P < 0,05) n’a été observée après les corrections des comparaisons selon la méthode Bonferroni réalisées à divers intervalles. Les effets secondaires postopératoires étaient de faibles épisodes de nausées et vomissements postopératoires, des spasmes de la vessie, de la constipation et du prurit.

Conclusion

Cette étude démontre que les BPV combinés au célécoxib et à la kétamine procurent un meilleur soulagement de la douleur postopératoire immédiate et facilitent une récupération fonctionnelle précoce chez les patients subissant une prostatectomie radicale ouverte comparativement à une ACP seule.