Date: 14 Dec 2010

The relationship between Candida species cultured from the respiratory tract and systemic inflammation in critically ill patients with ventilator-associated pneumonia

Abstract

Purpose

In patients with ventilator-associated pneumonia (VAP), the isolation of Candida species (spp.) in respiratory secretions has been associated with worse outcomes. It is unclear whether Candida colonization is causally related or is a marker of disease severity. The objective of this study was to compare systemic inflammatory markers in patients with a clinical suspicion of VAP with Candida in respiratory tract (RT) cultures vs patients who have bacteria and those with no pathogens.

Methods

This was a prospective observational study in adults with a clinical suspicion of VAP who were enrolled within 24 hr of intensive care unit (ICU) admission. Patients were divided into four groups according to RT cultures, i.e., bacterial pathogens only, Candida spp. only, culture negative, and a control group with no clinical suspicion of VAP. Clinical outcomes were collected and compared as were systemic inflammatory and coagulation markers, including procalcitonin (PCT), C-reactive protein (CRP) and interleukin (IL)-6.

Results

The PCT, CRP, and IL-6 levels were similar in the Candida, bacterial pathogen, and culture negative groups but were significantly increased between the Candida group and the control group (P < 0.05). In the first 28 days, the number of ICU free days was significantly lower in the Candida group compared with the other groups, and mortality at 28 days was greater (Candida 42.9%, bacterial pathogen 25.0%, culture negative 19.8%, control 0.0%; P < 0.05).

Conclusions

In patients with a clinical suspicion of VAP, the presence of Candida spp. only in the RT is associated with similar levels of inflammation and worse clinical outcomes compared with patients without Candida in RT secretions.

Résumé

Objectif

Chez les patients atteints de pneumonie sous ventilation assistée (PVA), l’isolation d’une espèce de Candida (spp.) dans les sécrétions respiratoires a été associée à un pronostic défavorable. Nous ne savons pas si la colonisation de Candida est la cause de la gravité de la maladie ou si elle en est un marqueur. L’objectif de cette étude était de comparer des marqueurs de l’inflammation systémique chez des patients pour lesquels on soupçonnait cliniquement une PVA avec Candida dans les cultures des voies respiratoires (VR) à des patients avec bactéries et à d’autres ne présentant pas de pathogènes.

Méthode

Cette étude observationnelle prospective a été réalisée chez des adultes chez lesquels on soupçonnait cliniquement une PVA et qui ont été recrutés dans les 24 heures suivant leur admission à l’unité des soins intensifs (USI). Les patients ont été répartis en quatre groupes selon les cultures de leurs VR, soit pathogènes bactériens seulement, Candida spp. seulement, culture négative et un groupe témoin sans suspicion clinique de PVA. Les devenirs cliniques ont été colligés et comparés, tout comme les marqueurs d’inflammation systémique et de coagulation, y compris la procalcitonine (PCT), la protéine C-réactive (CRP) et l’interleukine (IL)-6.

Résultats

Les niveaux de PCT, de CRP et d’IL-6 étaient semblables dans les groupes Candida, pathogènes bactériens et culture négative, mais étaient significativement plus élevés dans le groupe Candida par rapport au groupe témoin (P < 0,05). Au cours des premiers 28 jours, le nombre de jours hors de l’USI était significativement plus bas dans le groupe Candida par rapport aux autres groupes, et la mortalité à 28 jours était plus élevée (Candida 42,9 %, pathogènes bactériens 25,0 %, culture négative 19,8 %, témoin 0,0 %; P < 0,05).

Conclusion

Chez les patients chez lesquels on soupçonne cliniquement une PVA, la présence de Candida spp. seulement dans les VR est associée à des niveaux d’inflammation semblables et des devenirs cliniques moins bons que chez les patients qui n’ont pas de Candida dans leurs sécrétions des VR.