Date: 09 Feb 2010

A systematic review of screening questionnaires for obstructive sleep apnea

Abstract

Purpose

Obstructive sleep apnea (OSA) may lead to life-threatening problems if it is left undiagnosed. Polysomnography is the “gold standard” for OSA diagnosis; however, it is expensive and not widely available. The objective of this systematic review is to identify and evaluate the available questionnaires for screening OSA.

Source

We carried out a literature search through MEDLINE, EMBASE, and CINAHL to identify eligible studies. The methodological validity of each study was assessed using the Cochrane Methods Group’s guideline.

Principal findings

Ten studies (n = 1,484 patients) met the inclusion criteria. The Berlin questionnaire was the most common questionnaire (four studies) followed by the Wisconsin sleep questionnaire (two studies). Four studies were conducted exclusively on “sleep-disorder patients”, and six studies were conducted on “patients without history of sleep disorders”. For the first group, pooled sensitivity was 72.0% (95% confidence interval [CI]: 66.0-78.0%; I2 = 23.0%) and pooled specificity was 61.0% (95% CI: 55.0-67.0%; I2 = 43.8%). For the second group, pooled sensitivity was 77.0% (95% CI: 73.0-80.0%; I2 = 78.1%) and pooled specificity was 53.0% (95% CI: 50-57%; I2 = 88.8%). The risk of verification bias could not be eliminated in eight studies due to insufficient reporting. Studies on snoring, tiredness, observed apnea, and high blood pressure (STOP) and STOP including body mass index, age, neck circumference, gender (Bang) questionnaires had the highest methodological quality.

Conclusion

The existing evidence regarding the accuracy of OSA questionnaires is associated with promising but inconsistent results. This inconsistency could be due to studies with heterogeneous design (population, questionnaire type, validity). STOP and STOP-Bang questionnaires for screening of OSA in the surgical population are suggested due to their higher methodological quality and easy-to-use features.

Résumé

Objectif

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) peut provoquer des problèmes de santé fatals si elle n’est pas diagnostiquée. La polysomnographie est «l’étalon or» du diagnostic de l’AOS; cependant, cette méthode est onéreuse et n’est pas disponible partout. L’objectif de cette revue méthodique était d’identifier et d’évaluer les questionnaires de dépistage de l’AOS existants.

Source

Nous avons réalisé une recherche de la littérature dans les bases de données MEDLINE, EMBASE et CINAHL afin d’extraire les études admissibles. La validité méthodologique de chaque étude a été évaluée sur la base de la directive du Groupe de méthode de Cochrane.

Constatations principales

Dix études (n = 1484 patients) satisfaisaient aux critères d’inclusion. Le questionnaire de Berlin était le questionnaire le plus utilisé (quatre études), suivi par le questionnaire sur le sommeil de Wisconsin (deux études). Quatre études ont été menées exclusivement auprès de «patients avec troubles du sommeil», et six auprès de «patients sans antécédents de troubles du sommeil». Dans le premier groupe, la sensibilité pondérée était de 72,0% (intervalle de confiance [IC] 95%: 66,0-78,0%; I2 = 23,0%) et la spécificité pondérée de 61,0% (IC95%: 55,0-67,0%; I2 = 43,8 %). Dans le deuxième groupe, la sensibilité pondérée était de 77,0 % ([IC] 95%: 73,0-80,0%; I2 = 78,1 %) et la spécificité pondérée de 53,0% (IC95%: 50-57%; I2 = 88,8%). Le risque de biais de vérification n’a pas pu être éliminé dans huit des études en raison de présentation insuffisante des données. Les études sur le ronflement, la fatigue, l’apnée observée et une hypertension artérielle (études dites STOP pour l’acronyme anglais) et les questionnaires STOP incluant l’indice de masse corporelle, l’âge, la circonférence du cou, et le sexe (études dites Bang pour l’acronyme anglais) ont démontré la meilleure qualité méthodologique.

Conclusion

Les données probantes existantes concernant l’exactitude des questionnaires sur l’AOS sont associées à des résultats prometteurs mais peu constants. Ce manque de constance pourrait être lié à la conception hétéroclite des études (population, type de questionnaire, validité). Les questionnaires STOP et STOP-Bang sont suggérés pour dépister l’AOS chez les patients chirurgicaux en raison de leur qualité méthodologique supérieure et de leur facilité d’emploi.