Date: 16 Jan 2010

Extracorporeal lung support for patients who had severe respiratory failure secondary to influenza A (H1N1) 2009 infection in Canada

Abstract

Background

From March to July 2009, influenza A (H1N1) 2009 (H1N1-2009) virus emerged as a major cause of respiratory failure that required mechanical ventilation. A small proportion of patients who had this condition developed severe respiratory failure that was unresponsive to conventional therapeutic interventions. In this report, we describe characteristics, treatment, and outcomes of critically ill patients in Canada who had H1N1-2009 infection and were treated with extracorporeal lung support (ECLS).

Methods

We report the findings of a case series of six patients supported with ECLS who were included in a cohort study of critically ill patients with confirmed H1N1-2009 infection. The patients were treated in Canadian adult and pediatric intensive care units (ICUs) from April 16, 2009 to August 12, 2009. We describe the nested sample treated with ECLS and compare it with the larger sample.

Results

During the study period, 168 patients in Canada were admitted to ICUs for severe respiratory failure due to confirmed H1N1-2009 infection. Due to profound hypoxemia unresponsive to conventional therapeutic interventions, six (3.6%) of these patients were treated with ECLS in four ICUs. Four patients were treated with veno-venous pump-driven extracorporeal membrane oxygenation (vv-ECMO), and two patients were treated with pumpless lung assist (NovaLung iLA). The mean duration of support was 15 days. Four of the six patients survived (66.6%), one of the surviving patients was supported with iLA and the other three surviving patients were supported with ECMO. The two deaths were due to multiorgan failure, which occurred while the patients were on ECLS.

Interpretation

Extracorporeal lung support may be an effective treatment for patients who have H1N1-2009 infection and refractory hypoxemia. Survival of these patients treated with ECLS is similar to that reported for patients who have acute respiratory distress syndrome of other etiologies and are treated with ECMO.

Résumé

Contexte

Entre mars et juillet 2009, le virus de la grippe A (H1N1) 2009 (H1N1-2009) est apparu comme une cause majeure d’insuffisance respiratoire nécessitant une ventilation mécanique. Une petite proportion des patients souffrant de cette grippe ont manifesté une insuffisance respiratoire grave qui n’a pu être traitée efficacement avec les interventions thérapeutiques traditionnelles. Dans ce compte-rendu, nous décrivons les caractéristiques, le traitement et les devenirs de patients gravement malades au Canada qui avaient été infectés par le virus H1N1-2009 et qui ont été traités avec une assistance pulmonaire extracorporelle (APEC).

Méthode

Nous rapportons les résultats d’une série de cas de six patients bénéficiant d’une APEC qui ont pris part à une étude de cohorte portant sur les patients gravement malades et chez qui l’infection au H1N1-2009 avait été confirmée. Les patients ont été traités dans des unités de soins intensifs (USI) pour patients adultes et pédiatriques entre le 16 avril 2009 et le 12 août 2009. Nous décrivons l’échantillon à plusieurs degrés traité avec une APEC et le comparons à l’échantillon plus large.

Résultats

Pendant la période d’étude, 168 patients ont été admis aux soins intensifs au Canada en raison d’insuffisance respiratoire grave provoquée par une infection au H1N1-2009 confirmée. En raison d’une hypoxémie profonde ne répondant pas aux interventions thérapeutiques traditionnelles, six (3,6 %) de ces patients ont été traités par APEC dans quatre USI. Quatre patients ont été traités par oxygénation extracorporelle veino-veineuse par pompe (vv-ECMO), et deux patients ont été traités par assistance pulmonaire sans pompe (NovaLung iLA). La durée moyenne d’assistance était de 15 jours. Quatre de ces six patients ont survécu (66,6 %), l’un des patients survivants a été traité par iLA et les trois autres par ECMO. Les deux décès ont été causés par une défaillance multisystémique alors que les patients étaient traités par APEC.

Interprétation

L’assistance pulmonaire extracorporelle pourrait constituer un traitement efficace pour les patients infectés par le virus H1N1-2009 et souffrant d’hypoxémie réfractaire. La survie des patients traités par APEC est semblable à celle rapportée dans le cas de patients souffrant de syndrome de détresse respiratoire aiguë provoqué par d’autres étiologies et traités par APEC.