Date: 23 Sep 2009

Postoperative complications in patients with obstructive sleep apnea: a retrospective matched cohort study

Abstract

Purpose

Obstructive sleep apnea (OSA) is presumed to be a risk factor for postoperative morbidity and mortality, but the current evidence is incomplete. This retrospective matched cohort study tested the hypothesis that OSA is a risk factor for the development of postoperative complications.

Methods

Hospital ethics approval was obtained for the conduct of this study. The patients who were selected for the study were >18 yr of age, diagnosed preoperatively with OSA, and scheduled to undergo elective surgery. A cohort of surgical patients without OSA was used as a comparator group based on a one-to-one match. Matching criteria included gender, age difference <5 yr, type of surgery, and a <5 yr difference between two surgery dates. Summary data are presented and conditional logistic regression was used to identify risk factors for postoperative complications.

Results

The 240 pairs of study subjects aged 57 ± 13 yr included 184 (77%) males and 56 (23%) females. The OSA patients had a higher mean body mass index relative to their non-OSA counterparts (35 ± 9 vs 28 ± 6 kg · m−2, respectively) and a higher frequency of co-morbidities, including hypertension (48% vs 36%, respectively) and obesity (61% vs 23%, respectively). Also, the incidence of postoperative complications in the OSA patients was significantly greater (44% OSA group vs 28% non-OSA group; P < 0.05). The most commonly observed between-group difference was oxygen desaturation < 90% (17% OSA group vs 8% non-OSA group). The OSA patients who did not use home continuous positive airway pressure (CPAP) devices prior to surgery but required the use of a CPAP device after surgery had the highest rate of complications. Conditional logistic regression was used to diagnose OSA and pre-existing stroke as significant risk factors for developing postoperative complications. The hazard ratio for OSA was 2.0 (1.25–3.19).

Conclusion

Patients with diagnosed OSA have an increased incidence of postoperative complications, the most frequent being oxygen desaturation.

Résumé

Objectif

Il est présumé que l’apnée obstructive du sommeil (AOS) est un facteur de risque pour la morbidité et la mortalité postopératoires, mais les données probantes actuelles sont incomplètes. Cette étude de cohorte appariée rétrospective a testé l’hypothèse selon laquelle l’AOS est un facteur de risque pour l’apparition de complications postopératoires.

Méthode

La réalisation de cette étude a été approuvée par le comité d’éthique de l’hôpital. Les patients sélectionnés pour participer à l’étude avaient > 18 ans, avaient reçu un diagnostic préopératoire d’AOS, et devaient subir une chirurgie non urgente. Une cohorte de patients chirurgicaux ne souffrant pas d’AOS a été utilisée comme groupe de comparaison, avec une correspondance injective. Les critères de correspondance incluaient le sexe, une différence d’âge < 5 ans, le type de chirurgie, et un délai < 5 ans entre les deux dates de chirurgie. Les données agrégées sont présentées et un modèle de régression logistique conditionnelle a été utilisé pour déterminer les facteurs de risque de complications postopératoires.

Résultats

Les 240 paires de patients à l’étude, âgés de 57 ± 13 ans, étaient composées de 184 (77 %) hommes et de 56 (23 %) femmes. Les patients souffrant d’AOS avaient un indice de masse corporelle moyen plus élevé par rapport à leurs pendants sans AOS (35 ± 9 vs 28 ± 6 kg·m−2, respectivement) et une fréquence plus élevée de comorbidités, notamment l’hypertension (48 % vs 36 %, respectivement) et l’obésité (61 % vs 23 %, respectivement). De plus, l’incidence de complications postopératoires dans le groupe AOS était significativement plus élevée (44 % groupe AOS vs 28 % groupe non AOS; P < 0,05). La différence inter-groupe la plus communément observée était une désaturation en oxygène < 90 % (17 % groupe AOS vs 8 % groupe non AOS). Les patients AOS qui n’utilisaient pas d’appareil de ventilation en pression positive continue (PPC) à la maison avant la chirurgie mais qui ont nécessité l’utilisation d’un tel appareil après la chirurgie ont eu le taux de complications le plus élevé. La régression logistique conditionnelle a été utilisée pour diagnostiquer l’AOS et les accidents vasculaires cérébraux préexistants en tant que facteurs de risque significatifs pour l’apparition de complications postopératoires. Le taux de risque pour l’AOS était de 2,0 (1,25 – 3,19).

Conclusion

Les patients pour lesquels un diagnostic d’AOS a été posé sont plus à risque de souffrir de complications postopératoires, la plus fréquente étant la désaturation en oxygène.