Date: 28 Apr 2009

Optimizing preoxygenation in adults

Abstract

Purpose

Preoxygenation increases oxygen reserves and duration of apnea without desaturation (DAWD), thus it provides valuable additional time to secure the airway. The purpose of this Continuing Professional Development (CPD) module is to examine the various preoxygenation techniques that have been proposed and to assess their effectiveness in healthy adults and in obese, pregnant, and elderly patients.

Principal findings

The effectiveness of preoxygenation techniques can be evaluated by measuring DAWD, i.e., the time for oxygen saturation to decrease to <90%. Clinically, preoxygenation is considered adequate when end-tidal oxygen fraction is >90%. This is usually achieved with a 3-min tidal volume breathing (TVB) technique. As a rule, asking the patient to take four deep breaths in 30 sec (4 DB 30 sec) yields poorer results. Eight deep breaths in 60 sec (8 DB 60 sec) is equivalent to TVB 3 min. The DAWD is decreased in obese patients, pregnant women, and patients with increased metabolism. Obese patients may benefit from the head-up position and positive pressure breathing. A TVB technique is preferable in the elderly. Failure to preoxygenate is often due to leaks, which commonly occur in edentulous or bearded patients. In cases of difficult preoxygenation, directly applying the circuit to the mouth might be a useful alternative. Supplying extra oxygen in the nasopharynx during apnea might increase DAWD.

Conclusion

Since ventilation and tracheal intubation difficulties are unpredictable, this CPD module recommends that all patients be preoxygenated. The TVB 3 min and the 8 DB 60 sec techniques are suitable for most patients; however, the 4 DB 30 sec is inadequate.

Résumé

Objectif

La préoxygénation est une technique qui augmente les réserves d’oxygène et prolonge la période d’apnée sans désaturation (PASD), offrant ainsi le temps nécessaire à la prise en charge des voies aériennes. L’objectif de ce module de Développement professionnel continu (DPC) est d’examiner les différentes techniques de préoxygénation qui ont été proposées et d’évaluer leur efficacité chez l’adulte sain, ainsi que chez le patient obèse, la femme enceinte et le patient âgé.

Constatations principales

L’efficacité des techniques de préoxygénation peut être évaluée en mesurant la PASD, soit le temps écoulé avant que la saturation en oxygène diminue à < 90 %. Cliniquement, la préoxygénation est considérée adéquate lorsque la fraction d’oxygène télé-expiratoire est > 90%. En général, on y parvient avec une technique de respiration à volume courant (RVC) pendant 3 min. Les résultats sont toutefois moins concluants si l’on demande au patient de prendre quatre respirations profondes (RP) en 30 sec (4 RP 30 sec). En revanche, huit respirations profondes en 60 sec (8 RP 60 sec) donnent des résultats comparables à la RVC 3 min. La PASD est réduite chez le patient obèse, la femme enceinte et les patients présentant un métabolisme accru. Les patients obèses pourraient bénéficier d’une technique en position semi-assise et de l’ajout de pression positive ventilatoire. Une technique de RVC est privilégiée chez le patient âgé. L’échec de la préoxygénation est généralement attribuable à des fuites, phénomène courant chez les patients édentés ou barbus. L’application du circuit directement à la bouche pourrait constituer une bonne alternative dans les situations de préoxygénation difficile. L’administration d’oxygène au niveau du nasopharynx pendant l’apnée pourrait augmenter la PASD.

Conclusion

Les difficultés liées à la ventilation et à l’intubation trachéale étant imprévisibles, il est recommandé dans ce module de DPC de préoxygéner tous les patients. Les techniques de RVC 3 min et de 8 RP 60 sec, mais non la technique de 4 RP 30 sec, conviennent à la plupart des patients.