Article Original / Original Article

Les cahiers de l'année gérontologique

, Volume 3, Issue 1, pp 44-47

La pratique de l’activité physique peut-elle prévenir la survenue de la dépendance chez la personne âgée?

  • T. VogelAffiliated withPôle de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Pavillon Schutzenberger, Hôpital de la RobertsauDépartement de Physiologie EA-3072, Faculté de Médecine, Université Louis Pasteur
  • , M. KiesmannAffiliated withPôle de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Pavillon Schutzenberger, Hôpital de la Robertsau
  • , M. BerthelAffiliated withPôle de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Pavillon Schutzenberger, Hôpital de la Robertsau
  • , J. LonsdorferAffiliated withPôle de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Pavillon Schutzenberger, Hôpital de la Robertsau
  • , G. KaltenbachAffiliated withPôle de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Pavillon Schutzenberger, Hôpital de la Robertsau Email author 

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

Les bénéfices de la pratique d’une activité physique (AP) régulière en endurance sont bien démontrés chez le senior, notamment en termes de réduction des pathologies cardio-vasculaires. La question de la prévention de la dépendance par la pratique d’une AP reste débattue. L’AP a chez la personne âgée un effet favorable sur la force (la préhension), la fonction (la vitesse de marche) mais semble a voir un effet plus aléatoire sur les besoins d’aides pour réaliser les activités quotidiennes (la dépendance). La nature, le type, l’intensité et la fréquence de l’AP pour prévenir la dépendance restent débattus. Il semble que chez les sujets âgés « fragiles » les interventions multi-modales (AP en endurance, résistance et exercices de flexibilité) dans le cadre d’une évaluation et d’une prise en charge gériatrique standardisée apportent les meilleurs résultats.

Mots clés

Activité physique Dépendance Personne âgée