Revue de médecine périnatale

, Volume 2, Issue 4, pp 177–180

Intérêt du sulfate de magnésium dans la prévention de la paralysie cérébrale de l’enfant né prématuré

Article Original / Original Article

DOI: 10.1007/s12611-010-0084-6

Cite this article as:
Marret, S. Rev. med. perinat. (2010) 2: 177. doi:10.1007/s12611-010-0084-6

Résumé

Plusieurs méta-analyses de cinq essais randomisés utilisant le sulfate de magnésium en anténatal chez la femme en menace d’accouchement prématuré sévère ont été faites. Elles confirment les tendances observées dans les différents essais et permettant d’affirmer que le sulfate de magnésium diminue de façon significative les taux de paralysie cérébrale (PC) observés entre 18 et 24 mois (risque relatif: 0,69, intervalle de confiance 95 %: [0,54–0,87]). Pour prévenir une PC chez un enfant, il faut traiter 63 mères qui vont accoucher prématurément avant le terme de 33–34 semaines et 29 mères avant le terme de 28 semaines. De plus, cette molécule entraîne une réduction significative de la prévalence des difficultés motrices ainsi qu’une diminution des taux du critère combinant mortalité pédiatrique et PC à deux ans dans les quatre essais programmés à visée neuroprotectrice. Chez les enfants, les taux de mortalité pédiatrique n’étaient pas modifiés, et aucun effet délétère significatif n’était observé. Chez les mères, des effets secondaires mineurs à type de flush, tachycardie, voire hypotension artérielle étaient rapportés plus souvent avec le magnésium, mais disparaissaient à l’arrêt du traitement. Il n’y avait, par contre, aucune différence dans les taux de mort maternelle et/ou d’arrêt cardiorespiratoire.

Mots clés

Prématuré Paralysie cérébrale Leucomalacie périventriculaire Essai randomisé Anti-inflammatoire Sulfate de magnésium Neuroprotection 

Prevention of cerebral palsy by magnesium sulphate

Abstract

This review concentrates on best evidence emerging in recent years on cerebral palsy prevention by administration of magnesium sulphate in mothers being at risk of preterm birth before 33–34 weeks’ gestation. It has been shown in the Cochrane database and in three meta-analysis of five randomised trials (Magpie Trial [neuroprotection of the preeclamptic mother], MagNet [neuroprotection/other intent: tocolysis], ACTOMgSO4 [neuroprotection], PRE-MAG [neuroprotection] and BEAM [neuroprotection]) that prenatal low-dose of magnesium sulphate given to mothers at risk of preterm birth has no severe deleterious effects in mothers and does not increase paediatric mortality in verypreterm infants. Moreover, it has a significant neuroprotective effects on occurrence of cerebral palsy at two years of age (with a 0.69 relative risk and a 95% confidence interval 0.54–0.87) and, in the neuroprotection subgroup, on the combined outcome of pediatric mortality or cerebral palsy (with a 0.85 relative risk and a 95% confidence interval: 0.74–0.98). The number needed to treat (NNT) to prevent one case of cerebral palsy was 63 (95% CI: 39 to 172) and the NNT for an extra survivor free of cerebral palsy in the neuroprotection subgroup was 41 (95% CI: 22 to 357), justifying that magnesium sulphate should be discussed as a stand-alone treatment or as part of a combination treatment.

Keywords

Preterm infant Cerebral palsy Periventricular leukomalacia Randomised trial Brain development Magnesium sulphate Neuroprotection 

Copyright information

© Springer 2010

Authors and Affiliations

  1. 1.Service de pédiatrie néonatale et de réanimation — centre d’éducation fonctionnelle de l’enfant, faculté de médecine, institut de recherche biomédicale et d’innovation, CHU de Rouen & EA 4309 Neovascuniversité de RouenRouenFrance