Burkitt lymphoma treatment: the Malawi experience

Purchase on Springer.com

$39.95 / €34.95 / £29.95*

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

L’objectif des études sur le lymphome de Burkitt (LB) au Malawi était de développer un traitement efficace et abordable dans une situation de ressources limitées. Dans l’étude du Malawi Pilot Study, 44 patients, atteints de LB de stades I, II et III de la classification de Saint-Jude, étaient traités par une chimiothérapie de densité moyenne basée sur la séquence et l’utilisation des médicaments selon le protocole LMB 89. Cinquante-sept pour cent du taux de survie globale étaient néanmoins associés aux décès liés à la toxicité du traitement chez 32 % des patients. Quarante des 92 patients, atteints de LB confirmé et qui ont été autorisés à quitter l’hôpital de leur vivant et traités par cyclophosphamide (CPM) seulement, étaient vivants lors de visite à domicile après 29–104 mois. Dans les études au Malawi, en 2002 (146 patients) et en 2003 (149 patients), le CPM à une dose de 40 mg/kg fut administré par voie intraveineuse ou par voie orale tous les sept jours × 3, additionné à du méthotrexate intrathécal, suivi par trois doses additionnelles de CPM tous les 14 jours en stades II et IV. La fourchette de survie, prévue selon la courbe de Kaplan-Meier, était de 45–52 %. Dans l’étude auMalawi en 2006 (40 patients), tous les stades étaient traités par CPM à une dose de 40 mg/kg au jour 1, suivi par CPM à une dose de 60 mg/kg aux jours 8, 18 et 28 et concomitante au méthotrexate interthécal. Dix-neuf (48 %) patients présentèrent une rémission continue après une médiane de 454 jours. Le coût de la chimiothérapie était de moins de 50 dollars US. Vingt-huit patients, avec une réponse incomplète à une chimiothérapie primaire ou qui présentaient une rémission, ont bénéficié d’un protocole de sauvetage par du CPM à une dose de 60 mg/kg, de la vincristine à une dose de 1,5 mg/m2, du méthotrexate intrathécal à une dose de 12,5 mg et de l’hydrocortisone à une dose de 12,5 mg aux jours 1, 8, 18 et 28. Ainsi, un taux de guérison global de 65 % peut être atteint par un traitement par le protocole du Malawi 2003 pour le LB suivi du protocole de sauvetage du Malawi en cas de nécessité.

Abstract

The objective of the Malawi Burkitt lymphoma (BL) studies was to develop effective and affordable treatment in a setting of limited resources. In the Malawi Pilot Study 44 BL patients with St Jude stages I, II and III were treated with medium intensity chemotherapy based on the sequence and drugs used in the LMB 89 protocol. The 57% overall survival rate was however associated with treatment toxicity related deaths in 32% of patients. Forty of ninety two patients with confirmed BL discharged from hospital alive and treated with cyclophosphamide (CPM) only, were found alive on home visit 29–104 months later. In the Malawi 2002 (146 patients) and 2003 (149 patients) studies i.v or oral CPM 40 mg/kg was given at 7-day intervals × 3 together with intrathecal methotrexate (MTX), followed in stages III and IV by 3 more doses of CPM at 14-day intervals. The projected Kaplan-Meier survival ranged from 45–52%. In the Malawi 2006 study (40 patients) all stages were treated with CPM 40 mg/kg on day 1, followed by CPM 60 mg/kg on days 8, 18 and 28 together with intrathecal MTX. Nineteen (48%) patients remained in continuous remission after median 454 days. The chemotherapy drug cost was inferior 50 US dollars. Twenty eight patients with an incomplete response to primary chemotherapy or who had a relapse, were offered a BL Rescue Protocol consisting of CPM 60 mg/kg, vincristine 1.5 mg/m2 and intrathecal MTX 12.5 mg plus hydrocortisone 12.5 mg on days 1, 8, 18 and 28. Twenty achieved a remission and 10 (36%) remained in remission for median 487 days. An overall cure rate of about 65% can thus be achieved by treatment with the Malawi 2003 BL protocol followed by the Malawi rescue protocol when needed.