Psycho-Oncologie

, 5:157

Étude psychologique du recours aux médecines parallèles en cancérologie

Authors

    • Université de Strasbourg
    • Service de cancérologie Marie-Curiehôpital de l’Amitié-Khmersoviétique
    • Département de médecine oncologiqueCentre de lutte contre le cancer Paul-Strauss
    • Unité de psycho-oncologieCentre de lutte contre le cancer Paul-Strauss
Article Original / Original Article

DOI: 10.1007/s11839-011-0332-4

Cite this article as:
Schraub, S., Eav, S., Schott, R. et al. Psycho Oncologie (2011) 5: 157. doi:10.1007/s11839-011-0332-4
  • 142 Views

Résumé

Des entretiens semi-dirigés portant sur 46 patients cancéreux à des stades divers de leur maladie ont permis de préciser les raisons du recours à des médecines parallèles, la nature des produits utilisés, les relations avec la médecine dite classique, les prescripteurs et le rôle éventuel de la religion et d’Internet. Les deux tiers des malades souhaitent être actifs contre la maladie, ils utilisent ces traitements pour lutter contre les symptômes et améliorer leur état général, mais 20 % des malades pensent que ces médecines vont les aider à guérir le cancer. Les malades ne font pas la différence entre une médecine parallèle complémentaire ou alternative. Le prescripteur de médecine parallèle, souvent un médecin homéopathe, séduit par sa personnalité et sa considération pour le malade. La religion et Internet ont un rôle limité.

Mots clés

CancerPsychologieMédecine complémentaireMédecine alternative

Psychological study of cancerous patients using complementary and alternative therapies

Abstract

Semi-structured interviews conducted among 46 cancerous patients provide accounts of the reasons for pursuing complementary and alternative medicine (CAM), the relationships with oncologists, the influence of the prescribers of CAM, and the role of religion and Internet. Two-thirds of patients used CAM to have an active part in their fight against cancer. They want to reduce the symptoms and enhance their general health condition, and 20% consider these CAMs as potential cures for cancer. Patients do not distinguish between complementary and alternative methods. Most prescribers of CAMs are MD homeopathy specialists and their good bedside manner draws patients to take CAMs. Religion and Internet are of limited influence.

Keywords

NeoplasmsPsychologyComplementary medicineAlternative therapies

Copyright information

© Springer Verlag France 2011