, Volume 3, Issue 3, pp 233-239

Neuropathie végétative diabétique: principes et méthodes d’exploration

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

La neuropathie végétative diabétique (NVD) a une prévalence de 30% dans le diabète, qu’il soit de type 1 ou 2. Il s’agit d’un facteur de risque de mortalité cardiovasculaire majeur. Les manifestations cliniques sont multiples, avec sur le plan cardiovasculaire une hypotension orthostatique, une tachycardie de repos, voire un infarctus silencieux du myocarde (IDM). Sur le plan digestif, une gastroparésie, des phénomènes de diarrhée et des troubles anorectaux sont fréquents; de même que des troubles vésicosphinctériens. Les méthodes d’évaluation de la NVD sont simples mais nécessitent des conditions techniques très strictes. Il s’agit de tests cardiovasculaires, évaluant la réponse tensionnelle ou de la fréquence cardiaque à des stimulations codifiées, permettant le diagnostic de neuropathie autonome cardiaque (NAC). Une batterie de quatre à cinq tests est recommandée pour le diagnostic de NVD. En première intention, la manœuvre de ventilation ample dirigée et le test de lever actif sont préconsiés. Si l’un de ces deux tests est perturbé, ou chez les patients à haut risque cardiovasculaire, il est préconisé de réaliser en plus un tilt test, une manœuvre de Valsalva et le test de contraction isométrique. Si un seul test est perturbé, une NAC précoce est suspectée; si deux tests sont perturbés, une NAC est confirmée. Ces tests doivent être répétés annuellement, afin de dépister et suivre une NAC. Une prise en charge thérapeutique optimale, sur le plan glycémique et des autres facteurs de risque cardiovasculaire, diminue le risque de survenue de NVD, et en cas de NVD, cette prise en charge réduit le risque de complications et de mortalité.

Abstract

Diabetic autonomic neuropathy (DAN) has a prevalence of 30% in the diabetes mellitus, whether it is of type 1 or 2. It is one of the major risk factors in cardiovascular mortality. There are many clinical symptoms. Cardiovascular symptoms are orthostatic hypotension, resting tachycardia and even silent myocardial infarction. Digestive symptoms include gastroparesis, diarrhoea and anorectal disorders. Erectile dysfunction and urinary disorders also occur frequently. Methods of assessing DAN are simple, but require strict technical conditions. They include cardiovascular tests, which measure the response of arterial tension and heart rate response to codified stimulations, enabling the diagnosis of cardiac autonomic neuropathy (CAN). A battery of four or five tests is recommended for the diagnosis of DAN. In first intention, the heart rate response to deep breathing and heart rate response to standing are recommended. If one of these two tests is abnormal, or for patients with high cardiovascular risk, it is recommended to carry out these two tests plus a tilt test, a Valsalva maneuver and the hand grip test. If one of the tests is abnormal, development of CAN should be suspected; if two tests are abnormal, diagnosis of CAN is confirmed. These tests must be repeated annually, in order to detect and treat CAN. Optimal therapeutic management of glycemia and other cardiovascular risk factors decreases the risk of DAN and in confirmed cases of DAN such management reduces the risk of complications and mortality.