Thaumatocotyle pseudodasybatis Hargis, 1955 (Monogenea: Monocotylidae) from Aetobatus cf. narinari, with a comparison of specimens from Australia, French Polynesia and New Caledonia

Article

DOI: 10.1007/s11230-005-9017-3

Cite this article as:
Marie, A.D. & Justine, JL. Syst Parasitol (2006) 64: 47. doi:10.1007/s11230-005-9017-3

Abstract

Thaumatocotyle pseudodasybatis Hargis, 1955, has previously been described from Aetobatus narinari in the Atlantic and subsequently recorded from the Pacific. Aetobatus cf. narinari is now considered a species complex; as monocotylids are often strictly species specific, we test the hypothesis that detailed examination of specimens of monocotylids from rays from various localities could reveal morphological differences and eventually help our understanding of the systematics of the host. T. pseudodasybatis, previously known from seven specimens only, is redescribed from an additional 26 specimens from the South Pacific (off New Caledonia, Australia and Ranguiroa, French Polynesia), all from Aetobatus cf. narinari. The female reproductive organs are described in detail. The distal extremity of the male sclerotised copulatory organ, described in detail for the first time, shows a characteristic pattern of longitudinal striations on its edge that might be useful for future distinction from other species. The development of the male and female organs in juveniles is described, showing that growth of the male sclerotised copulatory organ begins with its basal part and precedes development of the ejaculatory bulb. Specimens from New Caledonia, Australia and French Polynesia had similar measurements and morphology, especially in the shape of the distal end of the male sclerotised copulatory organ; they were also similar to the holotype from the Atlantic. This suggests that all specimens from the Pacific and Atlantic belong to a single species; T. pseudodasybatis thus cannot be used to differentiate populations of Aetobatus cf. narinari, perhaps because this monocotylid is not strictly species-specific.

Résumé

Thaumatocotyle pseudodasybatis Hargis, 1955 a été décrit d’Aetobatus narinari dans l’Atlantique, et plus tard retrouvé dans le Pacifique. Aetobatus cf. narinari est maintenant considéré comme un complexe d’espèces. Parce que les Monocotylidae sont souvent strictement spécifiques de leur espèce-hôte, nous testons l’hypothèse qu’un examen détaillé des spécimens de Monocotylidae de raies de localités variées pourrait révéler des différences morphologiques et finalement aider à comprendre la systématique de l’hôte. T. pseudodasybatis, connu précédemment par seulement sept spécimens, est redécrit à partir de 26 spécimens supplémentaires de l’Océan Pacifique Sud (Nouvelle-Calédonie, Australie, et Ranguiroa, Polynésie Française), tous de Aetobatus cf. narinari. Les organes reproducteurs femelles sont décrits en détail. L’extrémité distale de l’appareil copulateur sclérifié mâle, décrite en détail pour la première fois, montre un patron caractéristique de striations longitudinales sur son bord, qui pourrait être utile à l’avenir pour différencier cette espèce. Le développement des organes mâles et femelles chez les juvéniles est décrit; cela montre que la croissance de l’appareil copulateur sclérifié mâle commence par son extrémité basale et précède le développement du bulbe éjaculateur. Les spécimens de Nouvelle-Calédonie, Australie et Polynésie Française ont une morphologie et des mensurations similaires, en particulier pour la forme de l’extrémité distale de l’appareil copulateur sclérifié mâle. Ils sont aussi similaires à l’holotype, qui vient de l’Atlantique. Ceci suggère que tous les spécimens du Pacifique et de l’Atlantique appartiennent à une même espèce. T. pseudodasybatis ne peut donc pas être utilisé pour différencier les populations d’Aetobatus cf. narinari, peut-être parce que ce Monocotylidae n’est pas strictement spécifique.

Copyright information

© Springer Science+Business Media, Inc. 2006

Authors and Affiliations

  1. 1.Équipe Biogéographie Marine Tropicale, Unité Systématique, Adaptation, Évolution (CNRS, UPMC, MNHN, IRD)Institut de Recherche pour le DéveloppementNouméa CedexNouvelle Calédonie