Neohelicon

, Volume 35, Issue 1, pp 85–95

Littérature et Photographie

Ergasterium

DOI: 10.1007/s11059-008-3006-x

Cite this article as:
Soulages, F. Neohelicon (2008) 35: 85. doi:10.1007/s11059-008-3006-x
  • 97 Downloads

Résumé

La littérature et la photographie peuvent avoir des rapports de cocréation.

Mais il y a des obstacles. Il sont de deux types: les premiers relèvent du préjugé selon lequel la photographie ne serait qu’une technique réaliste: des sociologues comme Bourdieu, des écrivains comme Baudelaire, voire le premier Lamartine ou même Cendrars ou Brecht participent de ce préjugé. Les seconds tiennent à la question du sens d’une photo: le premier Barthes affirme qu’elle est « comme un message sans code », ce qui la rend « unaire », c’est-à-dire monosémique et donc non-artistique; or une photographie crée du sens et l’interroge: l’art est ainsi possible: les œuvres photographiques et photolittéraires le montrent.

Les œuvres de Duane Michals, de Plossu, de Hers, de Denis Roche, de Claude Maillard sont des exemples instructifs de ces rapports littérature photographie, et de la cocréation qui en résulte. Une esthétique de cette cocréation est donc non seulement possible, mais nécessaire: elle éclaire les deux arts et l’art en général en révélant de nouvelles perspectives: la confrontation à l’imphotographiable et à la non-image; la littérature et la photographie ne peuvent qu’en être enrichies.

Copyright information

© Akadémiai Kiadó 2008

Authors and Affiliations

  1. 1.UFR 1, Arts, philosophie, esthétiqueUniversité Paris VIIISaint-Denis cedexFrance

Personalised recommendations