, Volume 4, Issue 2, pp 117-123

Pertes, renoncements et intégrations: les processus de deuil dans les cancers

Purchase on Springer.com

$39.95 / €34.95 / £29.95*

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé:

Le modèle du travail de deuil est utilisé pour comprendre les différentes pertes liées au cancer. Perte de l’illusion d’immortalité lors de l’annonce du cancer, perte de l’idéal de santé, perte d’aptitudes physiques et du bien-être, perte de la vie sont autant de bouleversements psychiques qui entraînent des remaniements. La mentalisation de ces pertes va permettre la mise en représentation, la symbolisation puis la transformation des expériences corporelles et physiologiques chargées d’affects en pensées de plus en plus organisées. La révélation traumatique du diagnostic de cancer est un exemple de deuil compliqué, voire impossible et l’usure liée à la maladie chronique peut entraîner une dépression au long terme. Enfin, la période terminale d’un cancer pose la question de la distinction du diagnostic différentiel entre deuil de soi et dépression existentielle pathologique. Les médecins et les soignants, s’ils favorisent le processus du deuil, seront à même de limiter les troubles anxiodépressifs et de l’adaptation dans le cas d’une maladie dont la fréquence augmente, de patients dont la durée de vie s’allonge et dont la demande de qualité de vie augmente.

Abstract:

The psychic work of mourning is used to understand the different losses linked to cancer. Loss of the illusion of immortality when the cancer is diagnosed, loss of the occidental health ideal, loss of physical skills and well-being, loss of life, are psychic disorders that need time to be accepted. Thinking differently about these losses will help to represent, symbolise, then transform affective body or physiological experiments into organised ways of thinking. Traumatic cancer diagnosis is an example of complicated or impossible grief. Attrition of chronic disease may cause long term depression. At least, during the terminal period of cancer there is a need to distinguish between self-grief and pathological existential depression. Physicians and care-givers may understand and facilitate the grief process to reduce anxio-depressive and adaptive troubles where there is an increase of cancer cases, and hereby extend the life of cancer patients and improve the quality of life demand.