Acta Endoscopica

, Volume 40, Issue 1, pp 24–26

Évaluation du grade des tumeurs endocrines du pancréas et ponction sous échoendoscopie

Congrès

DOI: 10.1007/s10190-010-0015-1

Cite this article as:
Monges, G., Figuereido, F. & Giovannini, M. Acta Endosc (2010) 40: 24. doi:10.1007/s10190-010-0015-1

Résumé

Introduction

Les tumeurs endocrines du pancréas ont un profil évolutif variable. Le diagnostic de tumeur endocrine peut être obtenu par ponction sous échoendoscopie (EUS-FNA). L’évaluation du pronostic à partir de ces échantillons est un vrai challenge, mais paraît très important pour la prise en charge thérapeutique des patients. Le but de notre travail a été, sur une série rétrospective, d’évaluer la valeur diagnostique et pronostique des ponctions sous échoendoscopie pour les tumeurs endocrines du pancréas.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une série monocentrique, rétrospective, non randomisée de 86 patients. Les échoendoscopies ont été réalisées avec un échoendoscope linéaire (FG36X ou EG38UT Pentax Europe Ltd., Hambourg, Allemagne) relié à une console Hitachi (Hitachi 6500 ou 8500, Hitachi Medical Systems GmbH, Wiesbaden, Allemagne). Les ponctions réalisées avec une aiguille de 22 G (Echotip, Cook Endoscopy, Wiston-Salem, NC, États-Unis). La série de patients comprenait 44 hommes et 42 femmes, d’âge moyen 58 ans (± 14 ans). Les tumeurs étaient localisées, pour 45 dans la tête du pancréas (soit 52 %), pour six dans le corps (soit 30 %) et pour 15 dans la queue (soit 18 %). Les tumeurs avaient une taille moyenne de 29 mm (± 20 mm), 14 tumeurs (16 %) avaient une taille inférieure à 10 mm, et huit étaient kystiques. Pour 12 tumeurs (14 %), il y avait un syndrome fonctionnel clinique en faveur d’une tumeur endocrine sécrétante. Le diagnostic de tumeur endocrine a été obtenu sur des microbiopsies et/ou sur des cytologies monocouches techniques Thinprep®, et/ou sur l’examen anatomopathologique de pièces de résection pancréatique ou de métastases hépatiques réséquées sous cœlioscopies à visées diagnostiques. Il n’y a jamais eu d’évaluation rapide des prélèvements en salle d’endoscopie par un pathologiste, un cytopathologiste ou un cytotechnicien. L’évaluation de la qualité du prélèvement est faite par l’endoscopiste lui-même par l’examen direct du contenu du flacon de Cytolyt® (solution de transport pour la cytologie monocouche et pour les microbiopsies). Pour chaque cas, des immunodétections systématiques ont été réalisées avec les anticorps anti-: chromogranine A, synaptophysine, kératine AE1/AE3, Ki-67 et p53 DO7. Nous avons utilisé les classifications OMS 2000 [1] et la nouvelle classification TNM et le grading associé [2]. Ces classifications sont basées, outre l’aspect histologique, sur la taille des tumeurs, l’index mitotique, l’index du Ki-67 et, pour la classification OMS, l’éventuelle positivité de la p53.

Résultats

Le diagnostic de tumeur endocrine a été porté, dans 77 cas, sur EUS-FNA sur les 86, soit dans 89,6 %des cas. Pour neuf patients, soit dans 10,4 % des cas, le diagnostic n’a été porté que sur la pièce de résection chirurgicale. Les ponctions, dans ces neuf cas, étaient paucicellulaires. Dans 77,6 % (67 cas) des cas, le diagnostic a été porté sur la première ponction, dans 9,3 % (huit cas) des cas sur la deuxième ponction, dans 2,3 % (deux cas) des cas sur la troisième ponction. Pour les tumeurs de moins de 10 mm de diamètre versus les tumeurs de plus de 10 mm, les pourcentages de diagnostic étaient respectivement de 86 et 90 % (p = 0,64), pour les tumeurs solides versus les tumeurs kystiques [3], les pourcentages étaient respectivement de 90 et 88 % (p = 0,99), selon la localisation: dans la tête 90 %, dans le corps 88 %, dans la queue du pancréas 93 % (p = 0,82), enfin pour les tumeurs fonctionnelles 83 % par rapport aux tumeurs non fonctionnelles 91 % (p = 0,63). Les tumeurs ont été classées selon la classification OMS (Tableau 1), selon la classification TNM (Tableau 2), puis les deux classifications ont été comparées (Tableau 3). Nous observons globalement une bonne corrélation entre les deux classifications. Les concordances les moins bonnes ont été observées pour les tumeurs endocrines de potentiel incertain selon l’OMS qui sont classées en stade TNM: 1, 2 et 3. L’évolution a pu être analysée pour 60 patients, 17 ont été perdus de vue, 16 sont décédés avec un suivi de 43 mois (± 27 mois). La survie à cinq ans est donnée dans le Tableau 4, elle est de 60 %. La survie à cinq ans est de 100 % dans le groupe 1 des tumeurs endocrines bien différenciées, de 68 % dans le groupe 2 des carcinomes endocrines bien différenciés, de 30 % dans le groupe 3 des carcinomes endocrines peu différenciés.

Commentaires

Cette expérience monocentrique [4,5] permet de montrer que le diagnostic de tumeur endocrine est faisable sur le matériel obtenu par EUS-FNA dans environ 90 % des cas. La sensibilité de la méthode ne dépend ni de la taille, ni du siège de la tumeur, ni de son caractère solide ou kystique, ni de la présence d’une sécrétion hormonale. Cette technique permet aussi, dans un nombre significatif de cas, de déterminer le potentiel évolutif de ces tumeurs [5]. Il s’agit, cependant, des résultats d’une étude monocentrique et rétrospective, qui doit être reproduite pour être validée. Sur les ponctions, l’index du Ki-67 est parfois donné sur un nombre limité de cellules. Il est, en effet, rare de pouvoir l’évaluer sur 2 000 cellules comme cela est proposé dans le nouveau grading, et il n’est pas certain que la ponction soit représentative de l’hétérogénéité tumorale.

Mots clés

ÉchoendoscopieTumeur endocrine pancréasÉvaluation du grade

Grading of endocrine pancreatic tumors and fine-needle aspiration biopsy under endosonography

Abstract

Introduction

Pancreatic endocrine tumors (PETs) do not have the same prognosis and differ in their clinical behavior. If it is possible to diagnose PETs and to determine their malignant potential through specimens obtained by endoscopic ultrasound-guided fine-needle aspiration (EUS-FNA), it will be of great importance in the management of patients with PETs. The aim of our study was to determine the sensitivity of EUS-FNA for diagnosing PETs and classifying their underlying malignant potential.

Material and methods

We conducted a retrospective analysis of nonrandomized data of 86 patients, 44 men and 42 women, with an average age of 58 ± 14 years. The tumors were located in the head (52%) in 45 patients, in the body (30%) in 6, in the tail of the pancreas (18%) in 15, with an average size of 29 ± 20 mm(5–100 mm). In 14 patients (16%), the size of the tumor was less than 10 mm, 8 (9%) had a cystic component, 12 (14%) had functional tumors (F-PET). The EUS procedures were performed in a single institution; we used linear-array echoendoscope (FG36X or EG38UT Pentax Europe Ltd., Hamburg, Germany) with an ultrasound platform (Hitachi 6500 or 8500, Hitachi Medical Systems GmbH, Wiesbaden, Germany). FNA was performed by using a 22-gauge FNA needle (Echotip, Cook Endoscopy, Wiston-Salem, NC). There was no on-site evaluation by a cytopathologist. The diagnosis of PET was established on samples obtained by EUS-FNA, and microbiopsies or monolayer cytology (Thinprep®) and/or histopathologic evaluation were performed on surgical specimen of pancreatic tumors or metastases. In each case, antibodies against — synaptophysin, chromogranin A, cytokeratin AE1-AE3, p53, Ki-67 — were used for diagnosis and assessing differentiation. We used the WHO classification [1], which distinguishes three groups of tumors as follows: well-differentiated endocrine tumors, well-differentiated endocrine carcinoma, and poorly differentiated endocrine carcinoma. The classification was based on tumor size, cytology, and percentage of Ki-67 positive cells. In the first group of endocrine tumors, there were two subgroups, with benign behavior and with uncertain behavior. In 2006, there was a proposal of TNM staging and grading [2]. The T depends on tumor size and the grading depends onmitotic count and Ki-67 index.

Results

Ninety percent of patients (77 of 86) were diagnosed with PETs obtained by EUS-FNA; 78% were in the first group (67 of 86), 9.3% in the second group (8 of 86), and 2.3% in the third group (2 of 86). 10.4% had inconclusive results by EUS-FNA (9 of 86). The diagnosis was done on surgical specimen of the tumors or metastasis. The overall sensitivity rate was 89.6%: 83% for functional PETs versus 91% for nonfunctional PETs, 86% for tumors less than 10 mm versus 88% for tumors more than 10 mm, 90% for solid tumors versus 88% for cystic tumors [3], 89% for tumors located in the head, 88% for tumors located in the body, and 93% for tumors located in the tail of the pancreas, without any statistical difference. We classified the tumors according to the WHO classification (Table 1) and the TNM staging (Table 2), and we compared the results of both classifications (Table 3). We found a good correlation between the WHO classification and TNM staging obtained by EUS-FNA. Major discrepancies were found in the group of endocrine tumors of uncertain behavior. We have the follow-up data of 60 patients, 16 patients died during a mean follow-up of 43 ± 27 months. According to the WHO classification, overall 5-year survival was 60% (Table 4). The percentage of survivors decreased depending on the grade. For the inconclusive FNA, the 5-year survival is between groups 2 and 3.

Comments

The overall sensitivity rate of EUS-FNA for diagnosing PETs was 90%. The sensitivity rate did not vary with the size, type, location of the tumors, and the presence of hormonal secretion. There was a good correlation between the WHO classification and the TNM staging obtained by EUS-FNA. This single-center experience demonstrated the accuracy of EUS-FNA in diagnosing and determining the potential malignant behavior of PETs [4,5]. EUS-FNA findings predict 5-year survival in patients with PETs [5]. This might be useful for directing the management of patients with PETs. As in all retrospective studies, our study has some limitations such as underreporting and missing data. Because ours is a reference center, we probably have a selection bias of more advanced disease. Moreover, the mitotic count is very difficult on EUS-FNA specimens, and the Ki-67 index is generally done on a small number of cells less than 2000, recommended in the TNM grading. The size of the EUS-FNA specimens could be also nonrepresentative of the tumor heterogeneity.

Keywords

EndosonographyPancreatic neoplasmsEndocrine tumorStaging

Copyright information

© Springer Paris 2010

Authors and Affiliations

  1. 1.Département de biopathologieinstitut Paoli-CalmettesMarseilleFrance
  2. 2.Gastroenterology DepartmentUniversity of Rio-de-JaneiroRio-de-JaneiroBrazil
  3. 3.institut Paoli-CalmettesUnité d’endoscopieMarseilleFrance