, Volume 54, Issue 4, pp 283-289

Minimum effective anesthetic concentration (MEAC) for sciatic nerve block: subgluteus and popliteal approaches

Abstract

Background

We tested the hypothesis that using a subgluteus approach to the sciatic nerve requires a lower concentration of mepivacaine to obtain complete anesthesia as compared with the popliteal approach.

Methods

With midazolam premedication (0.05 mg·kg-1 iv), 48 patients undergoing hallux valgus repair were randomly allocated to receive a sciatic nerve block using either a posterior popliteal (group Popliteal, n = 24) or subgluteus (group Subgluteus, n = 24) approach with 30 mL of local anesthetic injected after elicitation of plantar flexion of the foot with a current ≤ 0.5 mA. A 20G catheter was inserted for 2–4 cm to supplement the block if required. The concentration of the injected solution was varied for consecutive patients using the up-and-down staircase method according to the response of the previous patient (initial concentration: 1%; up-and-down steps: 0.1 %). Successful nerve block was defined as complete loss of pinprick sensation in both tibial and common peroneal nerve distributions with concomitant inability to perform plantar or dorsal flexion of the foot 30 min after injection.

Results

The minimum effective anesthetic concentration of mepivacaine resulting in complete block of the sciatic nerve in 50% of cases (ED50) was 0.95% ± 0.014% (95% confidence intervals [CI95]: 0.77%-1. 12%) in group Subgluteus and 1.53% ± 0.453% (CI95: 0.96%-2.00%) in group Popliteal (P = 0.026). The ED95 for adequate nerve block calculated with probit transformation and logistic regression analysis was 1.12% (CI95: 0.71%-1.99%) in group Subgluteus and 1.98% (CI95: 1.39%-2.31 %) in group Popliteal.

Conclusion

A subgluteus approach to the sciatic nerve facilitates a reduction of the minimum effective concentration of local anesthetic required to produce an effective surgical block within 30 min after the injection as compared with the posterior popliteal approach.

Résumé

Contexte

Nous avons testé l’hypothèse qu’une concentration plus faible de mépivacaïne est nécessaire pour obtenir une anesthésie complète avec une approche sous-glutéale qu’avec une approche poplitée lors d’un bloc du nerf sciatique.

Méthode

Quarante-huit patients devant subir une réparation d’hallux valgus et ayant reçu du midazolam en prémédication (0,05 mg·kg-1 iv) ont été randomisés en deux groupes. Le bloc du nerf sciatique a été réalisé par une approche poplitée postérieure dans le premier groupe (groupe poplité, n = 24) et dans le second par une approche sous-glutéale (groupe sous-glutéal, n = 24) à l’aide de 30 mL d’anesthésique local injecté après élicitation de la flexion plantaire du pied avec un courant de ≤ 0,5 mA. Un cathéter de 20G a été inséré à 2–4 cm afin de compléter le bloc si nécessaire. Nous avons varié la concentration de solution injectée chez les patients consécutifs selon la méthode d’estimation par accroissement ou diminution, et ce selon la réaction du patient précédent (concentration initiale : 1 %; accroissement ou diminution : 0,1 %). Un bloc nerveux réussi était défini comme la perte complète de sensibilité à la douleur dans les distributions des nerfs tibial et péroné commun avec une incapacité concomitante à bouger le pied (flexion plantaire ou dorsale) 30 min après l’injection.

Résultats

La concentration anesthésique efficace minimale de mépivacaïne ayant pour résultat un bloc complet du nerf sciatique était, dans 50 % des cas (ED50), de 0,95 % ± 0,014 % (95 % intervalle de confiance [IC95]: 0,77 %-1,12 %) dans le groupe sous-glutéal et de 1,53 % ± 0,453 % (IC95: 0,96 %-2,00 %) dans le groupe poplité (P = 0.026). La ED95 pour un bloc nerveux adéquat, calculé avec la transformation de probit et une analyse de régression logistique était de 1,12 % (IC95: 0,71 %-1,99 %) dans le groupe sous-glutéal et de 1,98 % (IC95: 1,39 %-2,31 %) dans le groupe poplité.

Conclusion

Comparée à l’approche poplitée postérieure, l’approche sous-glutéale du nerf sciatique facilite une réduction de la concentration minimale efficace d’anesthésiques locaux nécessaire à la réalisation d’un bloc chirurgical efficace 30 min après injection.