Article

Acta Endoscopica

, Volume 31, Issue 3, pp 243-253

La maladie de Whipple: nouveaux aspects de la pathogénie et du diagnostic

  • Nicole MüllerAffiliated withInternal Medicine II, University of the Saarland
  • , Th. SchneiderAffiliated withInternal Medicine II, University of the Saarland
  • , M. ZeitzAffiliated withInternal Medicine II, University of the Saarland
  • , Th. MarthAffiliated withInternal Medicine II, University of the Saarland Email author 

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

La maladie de Whipple est une maladie systémique et chronique d’évolution périodique causée par l’actinomycèteTropheryma whippelii retrouvé partout et qui persiste dans les macrophages du duodénum. Des résultats récents attirent l’attention sur le fait que la base des manifestations cliniques d’une infection àT. whippelii est un défaut des fonctions immunitaires cellulaires. La plupart des patients montrent une amélioration clinique rapide sous antibiothérapie (particulièrement sous Trimethoprime-sulfamethoxazole) mais des rechutes cliniques sont souvent, observées. Quelques patients présentent des rechutes multiple, parfois même plusieurs années après la fin du traitement et ils ne sont pas capables d’éliminer suffisamment la bactérie. Pour ces patients, il fallait trouver un traitement non basé sur l’antibiothérapie. Dans l’étude actuelle, nous avons travaillé sur 15 patients atteints de la maladie de Whipple à différentes phases du traitement et à divers degrés d’activité de la maladie. Nous avons documenté des manifestations cliniques, des rapports endoscopiques et nous avons étudié les fonctions immunitaires cellulaires. Nous avons montré que les patients atteints de la maladie de Whipple présentent une réaction immuno-allergique cutanée diminuée dans toutes les phases de l’infection. Chez ces patients, nous avons aussi observé une diminution de la production de IL-12 par les monocytes en réponse à différents stimuli alors que, la production des autres cytokines était sensiblement égale à celle d’un groupe témoin, en bonne santé de, sexe et âge comparable. D’après, ces résultats, de nombreux patients atteints de la maladie de Whipple montrent un défaut de la fonction immunitaire cellulaire et il semble licite de proposer un traitement associant antibiothérapie et immunothérapie (reconstituant les fonctions immunitaires cellulaires) à des patients atteints de la maladie de Whipple, particulièrement à ceux que présentent des rechutes suite à une antibiothérapie.

Mots-clés

diagnostic IL-12 maladie de Whipple traitement T. whippelii

Whipple’s disease: new aspects in pathogenesis and diagnosis

Summary

Whipple’s disease is a chronic-relapsing systemic disorder caused by the ubiquituously occuring actinomyceteTropheryma whippelii which persists in duodenal macrophages. Recent data indicate that the clinical manifestation of aT. whippelii, infection may be based on defective cellular immune functions. Most patients show a fast clinical improvement on antibiotic therapy (e.g. trimethoprim-sulfamethoxazole), but clinical relapses are described quite frequently. Single patients experience multiple relapses, some even years after completion of therapy and are, not able to eradicate the bacterium in a satisfactory way. For these patients an alternative therapy needs to be found. Recently, we evaluated a total of 15 WD patients in various treatment phases and various degrees of disease activity and documented clinical features, endoscopic findings and studied cellular immunological functions. We were able to show that patients with Whipple’s disease have impaired cutaneous delayed type hypersensitivity responses in all phases of infection. We also observed a significantly reduced monocyte IL-12 production in WD patients whereas other cytokines were comparable to controls matched by sex and age. These data reflect a redefined defective cellular immune response in a large series of WD patients. Based on these results, a combination of antibiotic treatment and an immunotherapy (which reconstitutes cellular immune functions) might become a therapeutic option in WD patients, especially in those which show relapses under antibiotic therapy.

Key-words

diagnosis IL-12 therapy T. whippelii Whipple’s disease