, Volume 41, Issue 12, pp 1172-1177

Localized hypothermia influences assessment of recovery from vecuronium neuromuscular blockade

Abstract

The purpose of this study was to determine the extent to which localized hypothermia of a monitored extremity alters the assessment of recovery from vecuronium- induced neuromuscular blockade. Bilateral integrated evoked electromyographic (IEMG) responses were measured in the ulnar distribution of 14 anaesthetized patients who had differing upper extremity temperatures as measured at the adductor pollicis to determine whether localized hypothermia alters the clinical assessment of spontaneous recovery from vecuronium- induced neuromuscular blockade. All patients received general anaesthesia with thiopentone, N2O/ O2 and opioid; 11/14 patients received isoflurane for blood pressure control. Bilateral adductor pollicis, oesophageal and ambient temperatures, and IEMG evoked response (t1) expressed as percent unparalyzed control were recorded during the anaesthetic. The difference in evoked response between the warmer and the colder upper extremity was calculated at 25%, 50% and 75% spontaneous recovery from neuromuscular blockade in the warm extremity. Differences in temperature between extremities ranged from 0.2–11° C. The difference in IEMG- evoked response between extremities was proportional to the difference in temperature, and there was a direct correlation (r = 0.78) between IEMG response and extremity temperature; IEMG response was absent when extremity temperature was less than 25° C. We concluded that localized hypothermia in the monitored extremity decreases the IEMG- evoked response to vecuronium neuromuscular blockade; the greater the temperature decrease, the less the evoked response. Thus, the administration of nondepolarizing relaxants may be inappropriately influenced by monitoring neuromuscular blockade in a cold extremity, especially if its temperature is <25° C.

Résumé

Cette étude vise à déterminer jusqu’à quel point l’hypothermie locale mesurée sur une extrémité modifie l’évaluation au moniteur de la récupération du bloc neuromusculaire induit par le vécuronium. La réponse électromyographique intégrée (EIMG) bilatérale est mesurée dans la distribution cubitale chez 14 patients anesthésiés qui présentent des températures différentes au membre supérieur mesurées à l’adducteur du pouce pour déterminer si l’hypothermie locale modifie l’évaluation de la récupération spontanée du bloc neuromusculaire produit par le vécuronium. Tous les patients sont anesthésiés au thiopentone, N2O/O2 et morphiniques, 11 patients sur 14 recevant de l’isoflurane pour contrôler la pression artérielle. La température de l’adducteur du pouce mesurée bilatéralement, la température oesophagienne et ambiante, et la réponse évoquée à l’EIMG (t1) exprimée en pourcentage de la température de l’extrémité d’un contrôle non paralysé sont enregistrés pendant l’ansethésie. La différence de réponse évoquée entre l’extrémité chaude et l’extrémité froide est calculée à 25%, 50% et 75% de la récupération spontanée de l’extrémité chaude. La différence entre les extrémités varie entre 0,2 et 11° C. La différence de la réponse évoquée à l’EIMG entre les extrémités est proportionnelle à la différence de température, et on trouve une corrélation directe (r = 0,78) entre la réponse à l’EIMG et la température de l’extrémité; la réponse à l’EIMG est absente quand la température de l’extrémité est inférieure à 25° C. Nous en concluons que l’hypothermie de l’extrémité monitorée diminue la réponse évoquée du bloc neuromusculaire provoqué par le vécuronium; plus la baisse de température est importante, moindre est la réponse évoquée. Ainsi, l’administration de myorelaxants non dépolarisants peut être influencée faussement par le monitorage du bloc neuromusculaire d’une extrémité froide, surtout si la température est plus basse que 25° C.