, Volume 50, Issue 10, pp 1047-1050

Ultrasound imaging improves learning curves in obstetric epidural anesthesia: a preliminary study

Abstract

Purpose

Epidural anesthesia may be difficult in pregnancy. We intended to evaluate the teaching possibilities of ultrasonography as a diagnostic approach to the epidural region.

Methods

Two groups of residents performed their first 60 obstetric epidurals under supervision. One proceeded in the conventional way using the loss of resistance technique (control group = CG). The other group proceeded in the same way but was supported by prepuncture ultrasound imaging, giving them information about the optimal puncture point, depth and angle (ultrasound group = UG). Success was defined as adequate epidural anesthesia requiring a maximum of three attempts, reaching a visual analogue scale score of less than I, while neither changing the anesthesia technique, nor starting at another vertebral level. In addition, intervention by the supervisor was defined as failure.

Results

In the CG we observed asuccess rate of 60% ± 16% after the first ten attempts followed by a nearly continuous rise of the learning curve. Within the next 50 epidurals the rate of success increased to 84%. In the UG the rate of success started at 86% ± 15%. Wthin 50 epidural insertions it rose up to a level of 94%. The difference between the two groups remained significant (P < 0.001).

Conclusion

Using ultrasound imaging for teaching epidural anesthesia in obstetrics we found a higher rate of success during the first 60 attempts compared to conventional teaching. We believe this shows the possible value of ultrasound imaging for teaching and learning obstetric regional anesthesia.

Résumé

Objectif

L’anesthésie épidurale peut être difficile à réaliser pendant la grossesse. Nous avons voulu évaluer les possibilités d’apprentissage de l’échographie comme approche diagnostique de la région épidurale.

Méthode

Deux groupes de résidents ont réalisé leurs 60 premières anesthésies épidurales sous supervision. Un premier groupe a procédé de manière traditionnelle selon la technique de perte de résistance (groupe témoin = GT). Lautre groupe a fait la même chose, mais bénéficiait de l’assistance de l’échographie qui donnait des informations sur les meilleurs site, profondeur et angle de ponction (groupe d’échographie = GE). La réussite était une anesthésie épidurale adéquate exigeant au plus trois essais, affichant un score de moins de I à l’échelle visuelle analogique et n’exigeant pas de modifier la technique anesthésique, ni de faire la ponction à un autre niveau vertébral. De plus, l’intervention d’un superviseur constituait un échec.

Résultats

Un taux de un succès de 60% ± 16% a été noté dans le GT après les 10 premières tentatives suivies par une hausse presque continue de la courbe d’apprentissage. Pendant les 50 anesthésies suivantes, le taux est monté à 84 %. Dans le GE, le taux a été d’abord de 86 % ± 15 %, puis, pour les 50 anesthésies suivantes, il s’est élevé à 94 %. La différence intergroupe demeurait donc significative. (P < 0,001).

Conclusion

Lutilisation de l’échographie dans l’enseignement de l’anesthésie épidurale obstétricale, comparée à la méthode traditionnelle d’enseignement, a montré un taux de succès plus élevé pendant les 60 premiers essais. Cette expérience démontre la valeur de l’échographie dans l’enseignement et l’apprentissage de l’anesthésie obstétricale régionale.

Funding: Departmental; Forschungsförderungsprogramm der Universität Heidelberg.