, Volume 49, Issue 5, pp 461-466

Low-dose ketorolac improves analgesia and reduces morphine requirements following posterior spinal fusion in adolescents

Abstract

Purpose

To determine if low-dose ketorolac would improve analgesia while minimizing unwanted side effects in adolescents following posterior spinal fusion (PSF).

Methods

A prospective randomized double-blind placebo-controlled trial assessed the analgesic effects of low-dose ketorolac following PSF. Thirty-five adolescents aged 11–17 yr were randomly assigned to receive placebo or 0.5 mg·kg−1 ketorolac (maximum of 15 mg) six hourly postoperatively for 36 hr in conjunction with standard morphine patient controlled analgesia (PCA). Pain and sedation were assessed twice daily for the first three postoperative days (POD). The incidence of side effects related to both non-steroidal anti-inflammatory agents and opioids were recorded.

Results

Adolescents in the ketorolac group received an average dose of 0.2 mg·kg−1 (average exposure 1.2 mg·kg−1), had lower pain scores on POD one and two (P < 0.05) and consumed less morphine in the postanesthesia care unit and on POD two. There was no difference in the incidence of pruritus, nausea, vomiting or constipation, but patients in the ketorolac group tolerated activity better on POD one (P < 0.05). There were no differences between groups with regard to postoperative blood loss or transfusion requirements. Fourteen patients were followed for two years and the incidence of curve progression, hardware failure or back pain at final follow-up was not different.

Conclusion

Low-dose ketorolac in conjunction with morphine PGA improved the quality of analgesia and reduced morphine requirements following PSF compared to placebo without increasing the incidence of non-steroidal anti-inflammatory side effects.

Résumé

Objectif

Déterminer si une faible dose de kétorolac améliore l’analgésie tout en réduisant les effets secondaires chez des adolescents qui ont subi une spondylodèse postérieure (SDP).

Méthode

Un essai à double insu, randomisé et contrôlé contre placebo a permis d’évaluer les effets analgésiques d’une faible dose de kétorolac administrée après une SDR Trente-cinq adolescents de 11–17 ans ont été répartis de manière aléatoire et ont reçu, soit un placebo, soit 0,5 mg·kg−1 de kétorolac (maximum de 15 mg) toutes les six heures après l’opération et ce, pendant 36 h en conjonction avec de la morphine normale en analgésie autocontrôlée (AAC). La douleur et la sédation ont été évaluées deux fois par jour pour les trois premiers jours postopératoires (JPO). L’incidence d’effets secondaires reliés aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et aux opioïdes a été notée.

Résultats

Les sujets qui ont eu du kétorolac ont reçu une dose moyenne de 0,2 mg·kg−1 (exposition moyenne de 1,2 mg·kg−1), ont présenté des scores de douleur plus faibles aux JPO un et deux (P < 0,05) et ont pris moins de morphine à la salle de réveil et au deuxième JPO. Lincidence de prurit, nausées, vomissements ou constipation était comparable dans les deux groupes, mais les mouvements étaient mieux tolérés avec le kétorolac au premier JPO (P < 0,05). La perte sanguine postopératoire et les besoins de transfusion ont été comparables. Quatorze patients ont été suivis pendant deux ans et l’incidence de la progression de la courbe, de la défaillance du matériel ou de la douleur au dos n’était pas différente au dernier examen de suivi.

Conclusion

Une faible dose de kétorolac, administrée avec de la morphine en AAC, améliore la qualité de l’analgésie et réduit les besoins de morphine à la suite d’un SDP, en comparaison avec un placebo, et sans augmenter l’incidence d’effets secondaires des AINS.

Presented, in part, at the annual meeting of the American Society of Anesthesiologists, San Francisco, CA, October 2000.