, Volume 49, Issue 9, pp 918-921

Systolic blood pressure, not BIS, is associated with movement during laryngoscopy and intubation

Abstract

Objective

Tb compare bispectral index (BIS) values to hemodynamic variations, in order to evaluate adequacy of anesthesia during orotracheal intubation with muscle relaxants.

Methods

Forty-one patients ASA I–II, scheduled for elective peripheral surgery under general anesthesia with tracheal intubation were enrolled in the study. Fentanyl/thiopental followed by vecuronium were used for induction. Onset of relaxation was monitored at the orbicularis occuli (OO) muscle using train-of-four stimulation. Intubation was performed when no response at the OO was detected visually. Intubating conditions were noted. The “isolated forearm” technique was used to detect movement during laryngoscopy/intubation. BIS values, pulse rate (PR), and systolic pressure were recorded before induction, during laryngoscopy/intubation and 60 sec after intubation.

Results

Although intubating conditions were clinically adequate for all patients, ten out of 41 had movement of the isolated arm during laryngoscopy/intubation. BIS values were not significantly different for these patients: 67 (55–83) compared to those who had no movement: 60 (35–80), P = 0.6. During laryngoscopy, PR increased for all patients while systolic pressure increased significantly only in patients who moved: 125 (100–136) mmHg vs those who did not: 108 (67–140), P < 0.05.

Conclusion

Systolic pressure elevations were associated with inadequate anesthesia as evaluated by the “isolated forearm” technique, during laryngoscopy/intubation. BIS values were not different between groups, suggesting that systolic blood pressure may be a better predictor of inadequate anesthesia under the circumstances described.

Résumé

Objectif

Évaluer l’analyse blspectrale (BIS) en la comparant avec les variations hémodynamiques lors de l’intubation orotrachéale avec curarisation.

Méthode

Quarante et un patients de classe ASA I–II admis pour une intervention chirurgicale périphérique programmée sous anesthésie générale avec intubation et curarisation ont été inclus dans l’étude. Linduction a été effectuée avec du fentanyl/thiopental suivi de vécuronium pour faciliter l’intubation. L’installation du bloc neuromusculaire a été contrôlée à l’orbiculaire de l’œil avec des stimulations en trainde-quatre. L’intubation a été réalisée à la disparition de la réponse observée de l’orbiculaire de l’œil et les conditions d’intubation ont été notées. La technique de l’avant-bras isolé avec un garrot a été utilisée pour détecter les mouvements lors des stimuli nociceptifs alors que les patients étaient curarisés. Les valeurs du BIS, la fréquence cardiaque, et la pression artérielle systolique ont été enregistrées: avant l’induction, lors de la laryngoscopie/intubation et 60 sec après l’intubation.

Résultats

Les conditions d’intubation étaient cliniquement satisfaisantes pour tous les patients. Dix patients sur 41 ont eu des mouvements de l’avant-bras durant la laryngoscope et/ou l’intubation. Les valeurs du BIS chez ces patients: 67 (55–83) n’étaient pas significativement différentes de celles des patients n’ayant pas bougé: 61 (39–80) P = 0,6. La fréquence cardiaque a augmenté chez tous les patients tandis que la pression artérielle systolique était significativement plus basse chez les patients qui n’ont pas bougé: 108 (67–140) mmHg contre: 125 (100–136), (P < 0,05).

Conclusion

Dans les conditions de cette étude, les variations de la pression artérielle systolique ont été plus significatives que les variations du BIS pour prédire les mouvements du bras isolé lors de l’intubation chez les patients curarisés.