, Volume 48, Issue 6, pp 545-550

Pain after laparoscopic cholecystectomy: the effect and timing of incisional and intraperitoneal bupivacaine

Abstract

Purpose

To examine the combined preemptive effects of somatovisceral blockade during laparoscopic cholecystectomy (LC).

Methods

One hundred fifty-seven patients under general anesthesia receiving local infiltration and/or topical peritoneal local anesthesia were studied. Patients were randomized to receive a total of 150 mg (0.25% 60 mL) bupivacaine via periportal (20 mL) and intraperitoneal (40 mL with 1:200,000 epinephrine) administration of each. Group A received preoperative periportal bupivacaine before incision and intraperitoneal bupivacaine immediately after the pneumoperitoneum. Group B received periportal and intraperitoneal bupivacaine at the end of the operation. Group C (preoperative) and Group D (postoperative) received only periportal bupivacaine and Group E (preoperative) and Group F (postoperative) received only intraperitoneal bupivacaine. The control group received no treatment. Pain and nausea were recorded at one, two, three, six, nine, 12, 24, 36, and 48 hr postoperatively.

Results

Throughout the postoperative 48 hr, incisional somatic pain dominated over other pain localizations in the control group (P < 0.05). The incisional pain of groups A, B, C and D was significantly lower than that of the control group in the first and second hours. The incisional pain of groups A and C was significantly lower than that of the control group in the first three hours.

Conclusion

Incisional pain dominated during the first two postoperative days after LC. Preoperative somato-visceral or somatic local anesthesia reduced incisional pain during the first three postoperative hours. A combination of somato-visceral local anesthetic treatment did not reduce intraabdominal pain, shoulder pain or nausea more than somatic treatment alone. Preoperative incisional infiltration of local anesthetics is recommended.

Résumé

Objectif

Vérifier les effets préventifs d’un blocage somato-viscéral combiné, réalisé pendant la cholécystectomie laparoscopique (CL).

Méthode

Cent cinquante-sept patients sous anesthésie générale ont reçu une infiltration locale et/ou une anesthésie locale péritonéale topique. Les patients, répartis de façon aléatoire, ont reçu au total 150 mg (0,25 % 60 mL) de bupivacaïne administrée par la voie périportale (20 mL) et intrapéritonéale (40 mL avec I: 200 000 d’épinéphrine). Les modalités intergroupes sont les suivantes: dans le groupe A, une dose préopératoire périportale avant l’incision et une dose intrapéritonéale immédiatement après le pneumopéritoine; dans le groupe B, une dose périportale et une intrapéritonéale à la fin de l’opération; dans les groupes C (préopératoire) et D (postopératoire), seulement une périportale et dans les groupes E (préopératoire) et F (postopératoire), seulement intrapéritonéale. Le groupe témoin n’a reçu aucun médicament. La douleur et les nausées ont été notées à une, deux, trois, six, neuf, 12, 24, 36 et 48 h après l’intervention.

Résultats

Pendant les 48 h d’observation postopératoire, la douleur somatique de l’incision a dominé toute autre douleur chez les patients témoins (P < 0,05). La douleur incisionnelle a été significativement plus faible dans les groupes A, B, C et D que dans le groupe témoin pendant les deux premières heures. Elle a aussi été significativement plus faible dans les groupes AetC que dans le groupe témoin pendant les trois premières heures.

Conclusion

La douleur incisionnelle a dominé pendant les deux premiers jours qui ont suivi la CL. L’anesthésie préopératoire somatoviscérale ou somatique locale ont réduit la douleur incisionnelle pendant les trois premières heures postopératoires. Une combinaison d’anesthésiques locaux somatoviscéraux n’a pas réduit la douleur intra-abdominale, la douleur à l’épaule ou les nausées davantage que l’anesthésie somatique employée seule. L’Infiltration préopératoire d’anesthéslque local au site d’Incision est recommandée.