, Volume 55, Issue 2, pp 105-111

Ultrasound imaging in cadavers: training in imaging for regional blockade at the trunk

Abstract

Purpose: The unique strategy of using cadaveric models for teaching ultrasound-guided blocks has been described for blocks of the upper and lower extremities. This report considers the parallels between cadaveric and live imaging relevant to scanning of the trunk. The inter-individual variation between subjects (particularly for epidural blocks) is also considered, for practicing ultrasound-guided or supported trunk and central neuraxial techniques.

Technical features: Ultrasound images using a portable machine C60 5-2 MHz curved array probe or HFL38 13-6 MHz linear array probe were obtained from scanning the trunk of a male adult cadaver, and were compared with ultrasound and magnetic resonance images from an adult male volunteer.

Observations: Ultrasound imaging at the midline of the spine in the transverse/coronal plane provided an overview of the vertebral column, while scanning in a medial-to-lateral direction using longitudinal/sagittal plane sequentially localized the spinous, articular and transverse process. At the thoracic spine, further lateral longitudinal scanning will identify costal structures with the rib necks alternating with the hyperechoic ligamentous tissue of the costovertebral joints. Ultrasound imaging in the live subject in the paramedian longitudinal plane could be used at the thoracic and lumber spinal levels to capture the optimal ultrasound window of the epidural space. Imaging in the cadaver, especially when viewing the epidural space, is primarily limited by the tissue rigidity and lack of spine flexibility.

Conclusion: Cadavers may provide viable training options for practicing ultrasound imaging and real-time ultrasound needle guidance for nerve blocks at the trunk and epidural space. The training can be performed in a stress-free pre-clinical environment without time constraints and the potential for patient discomfort.

Résumé

Objectif: La stratégie exceptionnelle qui consiste à utiliser des modèles cadavériques pour enseigner les blocs échoguidés a été décrite précédemment pour les blocs des membres supérieurs et inférieurs. Ce compte-rendu fait état des parallèles entre l’imagerie pertinente au balayage du tronc sur des cadavres ou des sujets vivants. La variation inter-individuelle entre les sujets (particulièrement dans le cas des blocs périduraux) est également prise en compte pour l’exercice des techniques échoguidées ou écho-assistées pour le tronc et le rachis.

Éléments techniques: Les images par ultrason prises à partir d’une machine portable avec sonde à déphasage courbe C60 5-2 MHz ou avec sonde à déphasage linéaire HFL38 13-6 MHz ont été obtenues du balayage du tronc d’un cadavre adulte de sexe masculin et ont été comparées avec des images par ultrason ou résonance magnétique d’un volontaire adulte de sexe masculin.

Observations: L’échographie au milieu de la colonne sur le plan transversal/coronal a procuré une vue d’ensemble de la colonne vertébrale, alors que le balayage effectué avec une orientation médiane à latérale utilisant un plan longitudinal/sagittal a permis de localiser l’une après l’autre les apophyses épineuses, articulaires et transverses. Au niveau de la colonne thoracique, un balayage latéral longitudinal plus poussé permettra d’identifier les structures costales avec les extrémités des côtes alternant avec le tissu ligamentaire hyperéchogène des articulations costovertébrales. L’échographie pratiquée sur un sujet vivant sur le plan paramédian longitudinal pourrait être utilisée aux niveaux thoracique et lombaire de la colonne pour saisir la fenêtre optimale par ultrason de l’espace péridural. Les limites principales de l’échographie pratiquée sur un cadavre, particulièrement lorsqu’on visionne l’espace péridural, sont la rigidité tissulaire et le manque de flexibilité au niveau de la colonne.

Conclusion: La pratique sur des cadavres pourrait constituer une option de formation viable pour exercer l’échographie et l’échoguidage de l’aiguille pour les blocs nerveux pratiqués au niveau du tronc et dans l’espace péridural. La formation peut se faire dans un environnement pré-clinique sans stress, sans contrainte de temps ni inconfort possible pour le patient.

Supported in part by a Clinical Investigator Award, Alberta Heritage Foundation for Medical Research, Alberta, Canada.