, Volume 45, Issue 2, pp 150-152

Awake removal of the laryngeal mask airway is safe in paediatric patients

Abstract

Purpose

It has been suggested that it is safer to remove the Laryngeal Mask Airway (LM A) in paediatric patients when they are deeply anaesthetised than when they are awake. However, the evidence regarding this recommendation is contradictory. The purpose of the study was to compare the incidence of complications (laryngeal spasm, bronchospasm, coughing, retching, excessive salivation and oxygen desaturation) associated with removal of the LMA in children.

Methods

In a randomised study, we studied 165 ASA physical status I infants and children of both sexes, aged 2 mo to 13 yr. All patients were undergoing elective lower limb or perineal surgery. They were randomly assigned to two groups: in 83 the laryngeal mask was removed when recovery of airway reflexes had been demonstrated and the patients had opened their eyes or mouth in the recovery area. In the other 82 patients it was removed with the patient deeply anaesthetised.

Results

Two (2.4%) patients developed laryngeal spasm in the anaesthetised group, one patient ( 1.2%) desaturated and another vomited ( 1.2%) in the awake group.

Conclusion

There was no difference in the incidence of airway complications whether the LMA was removed in the anaesthetised or the awake child.

Résumé

Objectif

On a suggéré qu’il est plus sécuritaire chez les patients pédiatriques de retirer le masque laryngé (ML) sous anesthésie profonde que chez lepatient éveillé. Cependant, les références appuyant cette recommandation sont contradictoires. Le but de cette étude était d’évaluer l’incidence des complications (spasme laryngé, bronchospasme, toux, efforts de vomissements, salivation excessive et désaturation) liées au retrait du ML chez les enfants.

Méthodes

Dans une étude aléatoire, on a étudié 165 patients pédiatriques ASA I des deux sexes, dont l’âge variait de 2 mois à 13 ans. Tous les patients étaient soumis à une chirurgie du périnée ou du membre inférieur. Au hasard, ils étaient assignés à deux groupes. Dans le premier groupe de 83 patients, on enlevait le ML à la salle de réveil lorsque le patient démontrait une récupération des réflexes des voies respiratoires et qu’il avait ouvert les yeux ou la bouche. Chez l’autre groupe de 82 patients, le ML était retiré sous anesthésie profonde.

Résultats

Deux patientes (2,6%) du groupe anesthésie profond ont présenté un spasme laryngé, alors que dans le groupe éveillé, un patient ( 1,2%) a désaturé et un autre a vomi ( 1,2%).

Conclusion

Chez l’enfant, il n’y a pas de différence dans l’incidence des complications respiratoires, que le ML soit retiré sous anesthésie profonde ou à l’éveil.