, Volume 42, Issue 8, pp 711-715

Perioperative train-of-four monitoring and residual curarization

Abstract

It has beert suggested thai perioperative train-of-four (TOF) monitoring does not reduce the incidence of postoperative residual curarization (PORC). The purpose of this study was to examine whether the use of tactile assessment of the response of the adductor pollicis to supramaximal TOF stimulation of the ulnar nerve at. the wrist during anaesthesia affected the incidence of PORC. Thirty-nine ASA I or II surgical patients were studied during thiopentone/fentanyl N2O/enflurane anaesthesia. Pancuronium (70–100 μg · kg−1) was used to facilitate tracheal intubation and additional pancuronium increments used to maintain surgical relaxation. The requirement for incremental doses of pancuronium and adequacy of recovery following reversal were assessed according to random allocation, either with (Group A; n = 20) or without (Group B; n = 19) access to TOF monitoring. Patients in the two groups received neostigmine in similar doses (Group A: 53 μg · kg−1 (5.9); Group B: 55 μg · kg−1 (5.4)). On arrival of the patient to the recovery area, neuromuscular function was assessed electromyographically (using the Datex NMT 221 to measure TOF ratio) and clinically. The incidence of PORC (TOF ratio < 70%) was greater in Group B (47%) than in Group A (15%) (P = 0.029). We conclude that the use of perioperative TOF monitoring decreases the incidence of pancuronium-induced PORC.

Résumé

Le monitorage périopératoire du train de quatre (TOF) pourrait ne pas diminuer, selon certaines éludes, l’incidence de la curarisation postopératoire résiduelle (CPOR). Cette étude visait à vérifier si l’évaluation tactile de la réponse de l’adducteur du pouce à la stimulation supramaximale du nerf radial au poignet avec le TOF pendant l’anesthésie modifiait l’incidence de la CPOR. Trente-neuf patients ASA I et II ont été évalués pendant une anesthésie réalisée avec l’association thiopentone/ fentanyl/N2O/enflurane. Du pancuronium (70–100 μg · kg−1) était utilisé pour permettre l’intubation et des doses subséquentes administrée pour maintenir la relaxation chirurgicale. Le besoin de doses supplémentaires de pancuronium et la qualité de la récupération après l’antagonisme ont été évalués après répartition aléatoire, soit avec (groupe A: n = 20) soit sans (groupe B: n = 19) accès au monitorage par TOF. Les patients des deux groupes ont reçu la même dose de néostigmine (groupe A: 53 μg · kg−1 (5,9); groupe B: 55 μg · kg−1 (5,4)). A l’admission du patient en salle de réveil, la fonction neuromusculaire a été évaluée par l’électromyographie (appareil Datex NMT 221 pour la mesure du rapport du TOF) et par la clinique. L’incidence de CPOR (rapport TOF < 70%) a été plus important dans le groupe B (47%) que dans le groupe A (15%) (P = 0,029). Nous concluons que l’utilisation du moniteur de TOF à la période opératoire diminue l’incidence de la CPOR induite par le pancuronium.