Canadian Journal of Anaesthesia

, Volume 45, Issue 5, pp 460–465

Monitoring evoked potentials during spinal surgery in one institution

Clinical Measurement

DOI: 10.1007/BF03012582

Cite this article as:
Manninen, P.H. Can J Anaesth (1998) 45: 460. doi:10.1007/BF03012582

Abstract

Purpose

To review the experience of one tertiary care institution with somatosensory evoked potential (SSEP) monitoring during spinal surgery in order to assess the ability to monitor and predict neurological outcome effectively.

Methods

Records of all patients undergoing spinal surgery during 18 mo were retrospectively reviewed. Information from the patient chart included preoperative neurological status, surgical procedure, anaesthetic management, and postoperative neurological outcome. Information regarding the techniques used and interpretation of all SSEP tracings were obtained from evoked potential data sheets completed for each patient. The incidences of clinically important SSEP changes and new postoperative neurological deficits were analysed.

Results

Somatosensory evoked potential monitoringof the lower and upper extremities with non invasive techniques was used in 309 patients undergoing surgery on the cervical (88), thoracic (52), and lumbar spine (169). Thirty seven patients (11%) did not have suitable tracings for interpretation and 17 (5.5%) had baseline tracings described as poor. An intraoperative SSEP change occurred in 16 patients (6%) with SSEP and seven (2.6%) had a new neurological deficit postoperatively. Three persistent deficits were predicted by permanent SSEP change, and one transient deficit by a transient SSEP change. False positive results occurred in 12 patients (4.4%) and false negative results occurred in three (1.1%), with a sensitivity of 57% and a specificity of 95%. The incidence of SSEP changes was greater in the thoracic (18%) than in the cervical (1.2%) or lumbar (5.4%) groups (P < 0.05).

Conclusion

Effective SSEP monitoring was possible despite the many factors which may have interfered with monitoring. More improvements in the techniques and conditions of monitoring are needed to decrease the incidence of false positive and negative results.

Résumé

Objectif

Revoir l’expérience acquise dans un centre tertiaire avec le monitoring des potentiels évoqués somatosensoriels (SSEP) durant la chirurgie du rachis dans le but d’en évaluer la capacité à surveiller et à prédire de façon efficace le pronostic neurologique.

Méthodes

Les dossiers de tous les patients subissant une chirurgie du rachis sur une période de 18 mois ont été revus de façon rétrospective. Les informations colligées à partir des dossiers étaient l’état neurologique préopératoire, la procédure réalisée, le protocole anesthésique et l’état neurologique postopératoire. Les données concernant les SSEP quant à la technique utilisée et quant à l’interprétation de tous les tracés ont été retrouvées dans les feuilles de données des SSEP complétées pour chaque patient. On a analysé l’incidence de survenue de changements des SSEP cliniquement importants de même que celle des nouveaux déficits neurologiques postopératoires.

Résultats

Le monitorage des potentiels évoqués somatosensoriels au moyen de techniques non invasives, recueillis à partir des membres supérieurs et des membres inférieurs, a été utilisé chez 309 patients opérés au niveau de la colonne cervicale (88), thoracique (52) et lombaire (169). Trente sept patients (11%) avaient des tracés qui ne permettaient pas une interprétation et 17 patients (5.5%) avaient des tracés oú la ligne de base était de piètre qualité. Une modification des SSEP a été notée chez 16 patients (6%) et sept d’entre eux (2.6%) présentaient un nouveau déficit neurologique en postopératoire. Trois déficits persistants ont été prédits par des modifications permanentes des SSER et un déficit transitoire par des modifications temporaires des SSER Des faux positifs ont été notés chez 12 patients (4,4%) et des faux négatifs chez 3 patients (1.1 %), ce qui témoigne d’une sensibilité de 57% et d’une spécificité de 95%. Lincidence des modifications des SSEP a été plus élevée dans le groupe thoracique (18%) que dans les groupes cervical (1.2%) et lombaire (5.4%) (P < 0,05).

Conclusion

Le monitorage efficace des SSEP a été possible en dépit des nombreux facteurs pouvant interférer avec ce monitorage. D’autres améliorations des techniques et des conditions de monitorage sont nécessaires pour diminuer l’incidence des faux positifs et des faux négatifs.

Download to read the full article text

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 1998

Authors and Affiliations

  1. 1.Department of Anaesthesia, Toronto Hospital, Western DivisionUniversity of TorontoTorontoOntario