, Volume 45, Issue 7, pp 612-619

Unanticipated admission after ambulatory surgery — a prospective study

Abstract

Purpose

To determine the incidence, the reasons, and the predictive factors for unanticipated admission after ambulatory surgery.

Methods

Preoperative, intraoperative, and postoperative data were collected prospectively on 15,172 consecutive ambulatory surgical patients during a 32-month period. The data were built into a statistical model, and predictive factors were identified and classified.

Results

The overall incidence of unanticipated admission was 1.42%. Admitted patients were more likely to be older, male, and ASA status II or III. Duration of anaesthesia was longer, and surgery was more likely to be completed after 3 pm. Length of stay in the Postanaesthesia Care Unit and the Ambulatory Surgery Unit was longer. Surgical reasons were cited in 38.1% of admitted patients; anaesthesia-related reasons were cited in 25%; social reasons accounted for 19.5%, and medical reasons for 17.2%. Ear, nose and throat (ENT) patients had the highest unanticipated admission rate (18.2%), followed by urology (4.8%) and chronic pain block (3.9%). Gynaecological patients had the lowest rate (0.4%). Among the predictive factors found were male, ASA status II and III, long duration of surgery, surgery finishing after 3 pm, postoperative bleeding, excessive pain, nausea and vomiting, and excessive drowsiness or dizziness.

Conclusion

Earlier operating time for certain surgical procedures, screening for proper support at home, and implementation of clinical pathways to deal aggressively with problems such as pain, nausea and vomiting should decrease the incidence of unanticipated admission.

Résumé

Objectif

Déterminer l’incidence, les raisons et les facteurs prédictifs d’une admission non prévue à la suite d’une chirurgie ambulatoire.

Méthode

Les données préopératoires, intraopératoires et postopératoires ont été recueillies pendant 32 mois de façon prospective auprès de 15 172 patients consécutifs, à la suite d’une chirurgie ambulatoire. Ces données ont été intégrées à un modèle statistique et les facteurs prédictifs ont été identifiés et classifies.

Résultats

L’incidence totale d’admission imprévue était de 1,42%. Les patients admis étaient plus susceptibles d’être âgés, de sexe mâle et d’état ASA II ou III. La durée de l’anesthésie était longue et plus susceptible de se prolonger après 15 h. Les séjours à l’unité des soins postanesthésiques et à l’unité de chirurgie ambulatoire étaient prolongés. Les raisons chirurgicales ont été invoquées pour 38,1% des patients admis; les raisons reliées à l’anesthésie pour 25%; les raisons sociales pour 19,5% et les raisons médicales pour 17,2%. Les patients d’oto-rhino-laryngologie (ORL) ont présenté le plus haut taux d’admission non planifiée (18,2%) suivis des patients d’urologie (4,8%) et de ceux qui avaient reçu un bloc thérapeutique pour douleurs chroniques (3,9%). Les patientes de gynécologie avaient le taux le plus bas (0,4%). Parmi les facteurs prédictifs identifiés, on a trouvé le sexe mâle, l’état ASA II et III, une chirurgie de durée prolongée, une chirurgie qui se termine après 15 h, les saignements postopératoires, la douleur excessive, les nausées et les vomissements, une grande somnolence et des étourdissements importants.

Conclusion

Le fait de procéder plus tôt dans la journée à certaines interventions chirurgicales, le dépistage préalable d’un soutien approprié pour le patient à domicile et la mise en application des moyens cliniques permettant de s’occuper énergiquement des effets secondaires comme la douleur et, les nausées et vomissements devraient diminuer l’incidence de l’admission non prévue.