, Volume 43, Issue 6, pp 560-563

Preoperative ketorolac increases bleeding after tonsillectomy in children

Abstract

Purpose

To compare the incidence of vomiting following codeine or ketorolac for tonsillectomy in children.

Methods

We had planned to enrol 240 patients, aged 2–12 yr undergoing elective tonsillectomy into a randomized, single-blind study in University Children’s Hospital. The study was terminated, after 64 patients because interim analysis of the data by a blinded non-study scientist concluded that the patients were at undue risk of excessive perioperative bleeding. After induction of anaesthesia by inhalation with N2O/halothane or with propofol 2.5−3.5 mg· kg−1 iv, the children were administered 150 μg· kg−1 ondansetron and 50 μg · kg−1 midazolam. Maintenance of anaesthesia was with N2O and halothane in O2. Subjects were administered either 1.5 mg · kg−1 codeine im or 1 mg· kg−1 ketorolac iv before the commencement of surgery. Intraoperative blood loss was measured with a Baxter Medi-Vac® Universal Critical Measurement Unit. Postoperative management of vomiting and pain was standardized. Vomiting was recorded for 24 hr after anaesthesia. Data were compared with ANOVA, Chi-Square analysis and Fisher Exact Test.

Results

Thirty-five subjects received ketorolac. Demographic data were similar. The incidence of vomiting during the postoperative period was 31% in the codeine-group and 40% in the ketorolac-group. Intraoperative blood losses was 1.3 ± 0.8 ml · kg−1 after codeine and 2.2 ± 1.9 ml · kg−1 after ketorolac (mean ± SD) P < 0.05. Five ketorolac-treated patients had bleeding which led to unscheduled admission to hospital, P < 0.05, Exact Test.

Conclusion

Preoperative ketorolac increases perioperative bleeding among children undergoing tonsillectomy without beneficial effects.

Résumé

Objectif

Comparer l’incidence des vomissements après l’analgésie au kétorolac et à la codéine chez les amygdalectomisés.

Méthodes

Les auteurs prévoyaient inclure 240 patients âgés de 2 à 12 ans programmés pour une amygdalectomie réglée dans cette étude aléatoire en simple aveugle. L’étude a été terminée après 64 patients après qu’une analyse intérimaire des données par un scientifique sans implication dans l’étude eût montré que les patients étaient soumis à un risque excessif de saignement postopératoire. Après l’induction de l’anesthésie à l’halothane/N2O et au propofol 2,5-3,5 mg · kg−1 iv, les enfants ont reçu 150 μg· kg−1 d’ondensetron et 50 μg · kg−1 de midazolam. L’anesthésie a été entretenue avec du N2O et de l’halothane en O2. Les sujets ont ensuite reçu soit de la codéine 1,5 mg·kg−1 im soit du kétorolac 1 mg· kg−1 iv avant la chirurgie. La perte sanguine peropératoire a été déterminée avec une dispositif de mesure Baxter Medi-Vac®. Le traitement postopératoire des vomissements et de la douleur a été uniforme. Les vomissements ont été enregistrés pendant 24 heures après l’anesthésie. Les données ont été comparées par ANOVA, l’analyse du Chi2 et le test d’exactitude de Fisher.

Résultats

Trente-cinq enfants ont reçu du kétorolac. Les données démographiques étaient identiques. L’incidence des vomissements en postopératoire a été de 31% dans le groupe codéine et de 40% dans le groupe kétorolac. Les pertes sanguines peropératoires ont été de 1,3 ± 0,8 ml · kg−1 après la codéine et de 2,2 ± 1,9 ml· kg−1 après le kétorolac (moyenne ± ET), P < 0,05. Cinq patients traités au kétorolac ont eu des saignements qui ont nécessité une réadmission à l’hôpital, P < 0,05.

Conclusion

Le kétorolac administré en préopératoire augmente sans effets bénéfiques les saignements périopératoires chez les enfants amygdalectomisés.