, Volume 18, Issue 2, pp 67-72

Rôle du niveau verbal sur l’expression et l’évaluation de la douleur chez des sujets déficients intellectuels

Purchase on Springer.com

$39.95 / €34.95 / £29.95*

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

Objectif

les études portant sur l’évaluation de la douleur chez les sujets déficients intellectuels concernent surtout la déficience profonde ou sévère. De fait, la littérature met en avant leur incapacité à utiliser les outils d’autoévaluation. Ce travail étudie l’expression verbale et l’évaluation de douleurs rapportées chez des sujets déficients intellectuels légers et moyens et le rôle du niveau verbal.

Sujets et méthode

quatorze sujets atteints de déficience intellectuelle moyenne et légère, sans aucune atteinte physique âgés de 8 à 18 ans (moyenne d’âge 15 ans). A l’aide de l’EVA et de l’échelle des visages, ils ont évalué l’intensité douloureuse du personnage d’une vignette ou celle d’une douleur rapportée. Ils ont ensuite décrit ces douleurs.

Résultats

les sujets déficients intellectuels de notre étude manifestent des capacités d’expression et d’évaluation de la douleur. Ils sont en mesure d’utiliser des outils d’autoévaluation pour estimer la douleur d’un personnage représenté sur une image ou bien une douleur rapportée.

Conclusion

la présence de compétences à exprimer verbalement la douleur chez des sujets porteurs d’atteintes intellectuelles indique que ces compétences ne dépendent pas du niveau de développement de la pensée conceptuelle. Nous nous orientons désormais vers l’étude de la dynamique du dialogue entre le sujet et la personne chargée d’évaluer sa douleur.

Summary

Background

studies of pain assessment in children with intellectual disabilities have focussed on those with the most severe impairments, highlighting their inability to self-report pain. This study explores pain report by children with mild to moderate impairments as a function of assessed verbal ability.

Participants and method

14 children, aged 8 to 18 years (M=15) with mild to moderate intellectual impairment and no physical disabilities rated pain intensity for 4 vignettes depicting children in pain and for similar personal situations using the Faces Pain Scale—Revised (FPS-R: 0–10) and a 100 mm Visual Analogical Scale (VAS). They then described the quality of pain for each event.

Results

signifiant differences in pain ratings for the 4 vignettes indicated participants’ ability to use the two pain measures. Participants provided up to 9 words to describe the vignettes. Words provided were appropriate.

conclusion

these results counter previous belief that children with limited conceptual abilities could not accurately rate pain. Further research should examine the dynamic communication between these children and those assessing their pain.