, Volume 44, Issue 3, pp 339-357

La transition augite-diopside et les liquides silicatés intra-cristallins dans les pyroclastes de l’activité actuelle du Stromboli: témoignages de la réinjection et du mélange magmatiques

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Abstract

Refilling of undifferentiated magma at high temperature in the shallow chamber of Stromboli volcano induces both partial gas release of the crystallizing shoshonic liquid and a beginning of melting of salite-augite megacrysts in equilibrium with the liquid. In the new magma, crystallization of pyroxenes resumes with a chrome-diopside composition. The study of silicate melts inclusions in pyroxenes reveals the importance of refilling processes in the evolution products stored in the magma reservoir.

Résumé

Dans le liquide magmatique de nature shoshonitique contenu dans le réservoir du volcan Stromboli (Iles Eoliennes) se séparent au cours de la différenciation des phénocristaux d’augite. La température du liquide estimée par le géothermomètre deNielsen etDrake (1979) varie entre 1132° et 1123° C ± 20°C, les températures minimales de cristallization mesurées par thermométrie optique sont de l’ordre de 1110 ± 5° C (Clocchiatti, 1975). L’augite renferme des lamelles orientées de magnétite et des microcristaux de plagioclase (An 66) soulignant les plans de croissance cristalline. L’injection d’un liquide moins différencié entraîne dans le réservoir une augmentation très nette de la température et le mélange des deux liquides. L’élévation de température a pour conséquence la déstabilisation de l’augite qui montre un front interne de corrosion et le dégazage partiel du liquide qui entraîne une baisse de la pression des fluides. Dans les nouvelles conditions le minéral stable est une diopside chromifère, la température du liquide varie entre 1214° et 1193° ± 20° C (Nielsen etDrake, 1979) la température minimale de crystallisation se situe au voisinage de 1130° ± 5° C. après la résorption partielle de l’augite se séparent des plagioclases (An 77) et de l’olivine (Fo 74).

Le mélange des deux liquides aboutit à un liquide unique dont la composition est très proche de celle de la mésostase.

La comparaison entre la composition chimique des liquides inclus et celles des roches totales (Rosi, 1981) montre que ces dernières sont fortement cumulatives en pyroxène.