Etude toxicologique et physiologique de l'acroléine chez la souris

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Summary

Acute and chronic effects of the inhalation of acroleine vapours were investigated in mice. The acute exposure lasted six hours. In the chronic exposures, each concentration was given six hours daily for two weeks. The effects on swimming performance, body weight and lethality were studied, and histological analysis of the lungs was carried out.

Chronic exposure to 25 ppm of acroleine produced a significant slowing of swimming speed. Acute LC50 was found at a concentration of 66 ppm and chronic LC50 at a relatively wide dose range between 25 and 50 ppm. Repeated exposures to acroleine revealed no signs of a development of tolerance or sensitivization.

In the chronic exposures, body weight was significantly reduced with concentrations of 6 ppm or more.

Histological analysis of the lungs revealed atelectasis, inflammatory responses with edema and, in two of 15 cases, dilatations of alveoles and bronchioles were seen.

Résumé

Nous avons étudié chez la souris, les effets d'expositions chroniques (2 semaines par concentration) et aiguË (6 heures) à des gaz d'acroléine. Critères utilisés: performances physiques au cours de tests de natation, évolution du poids corporel, mortalité et analyse histologique des organes respiratoires des souris autopsiées. Les essais aigus ont été réalisés sur 108 souris, les essais chronique sur 90 souris. Une étude de la tolérance a été réalisée sur 102 souris.

Les essais de natation ont montré que l'acroléine produisait une prolongation des temps de natation (t=1,95, p<0,1) pour une concentration de 25 ppm.

L'essai chronique a montré que l'acroléine est mortelle aux concentrations de 50 ppm environ. La LC50 chronique se situe entre 25 et 50 ppm.

La LC50 aiguË est de 66 ppm.

Les expositions à l'acroléine ne donnent pas lieu à une augmentation de la tolérance.

Les souris exposées à l'acroléine ont présenté des poids corporels inférieurs à ceux des souris contrÔle; cet effet était significatif à partir de 6 ppm.

L'analyse histologique a révélé dans les poumons des atélectasies, des inflammations cellulaires et oedémateuses et, chez deux animaux, un élargissement des alvéoles et des bronches.

Nous remercions l'Association Suisse des Fabricants de Cigarettes pour l'aide matérielle accordée à cette étude.